mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Dinosaur Jr

Dinosaur Jr

Farm

Irascible


Tiens tiens. Dinosaur Jr est de retour. Ou comment bien passer l’été, la tête dans les hauts parleurs. Notre maître en bruit analyse le phénomène…

 

Dinosaur Jr est de retour et nous livre son deuxième album (après BEYOND en 2007) depuis sa reformation avec le line-up original (avec Lou Barlow, qui avait quitté le groupe en 1989, à la basse). Confirmant que le groupe est bel et bien de retour et que leur reformation il y a 2 ans n’était pas que pécuniaire (bien que Mascis ne s’en soit pas caché au moment de la sortie de BEYOND). Il est difficile de parler de ce disque sans ressasser tout ce qui à été dit sur Dino tout au long de leur carrière, tant ce nouvel opus s’intègre parfaitement dans la discographie du combo. Dinosaur Jr ne savent faire que du Dinosaur Jr, mais qu’est-ce qu’ils le font bien… FARM est un album qui ravira les fans, mais ne fera certainement pas découvrir ce merveilleux groupe aux masses. Malgré ses mélodies entêtantes, et ses gimmicks qui resteront dans la tête longtemps après la moindre écoute, le son des papys grunge reste sale et difficilement passable sur les radios.

 

Des solis incroyablement longs mais inspirés, des riffs abrasifs au son grailleux que seul Mascis arrive à tirer d’une six corde (ça n’est pas pour rien que Thurston Moore à fait appel à lui plusieurs fois pour les productions de Sonic Youth, sur GOO notamment), une rythmique solide et puissante. Tous les ingrédients sont là pour du très bon Dino comme aux débuts (en 1985 quand même). Rien de nouveau ou de surprenant, du Noise-Grunge dans la plus pure tradition puisque le Dino à contribué à inventer ce mouvement avec d’autres (regardez le très beau « 1991 : The Year Punk Broke » de Dave Markey,), mais on ne va pas demander au trio de révolutionner la musique alors qu’ils l’ont déjà fait il y a maintenant 20 ans.

 

 

Du très bon Dino comme aux débuts

 

 

Ca fait simplement énormément plaisir de voir que certains de ces groupes qu’on croyait déjà des fossilisés comme Sonic Youth, My Bloody Valentine, Nick Cave & the Bad Seeds, et tant d’autres reviennent sur le devant de la scène plus de vingt ans après leurs débuts pour donner une leçon de rock à tous ces faux groupes rock hype qui hantent les scènes depuis quelques années, alors courez les voir en concert. Par exemple le 24 août à l’Abart (Zürich)…


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page