Home » Chroniques CDs » Delaney Davidson

Delaney Davidson

Self-Decapitation


ROCK’N’ROLL
Le label Voodoo Rythm n’est pas mort. S’il fallait le prouver encore
une fois, voici une nouvelle production de la marque. Après
Hipbone Slim & The Knee Tremblers, place à Delaney Davidson. Rock!

Avec sa pochette largement digne des comic books US des années 50, Delaney Davidson nous délecte avec un éclectisme qu’on trouve rarement chez un artiste. “Little heart” est un chant résolument moderne sur une musique blues New Orleans, dont le mariage est tout à fait réussi. “Around The World” (signée du Suisse Reverend Beatman) et “Back In Hell” avec leurs cuivres, rappellent les meilleures heures d’un Ennio Morricone en grande forme. Le Néo-Zélandais n’hésite pas à reprendre des chants traditionnels (“Dirty Dozen”, “In The Pines”), ce qui lui a probablement valu la bénédiction de David Eugene Edwards, qui l’a invité à faire quelques premières parties de Woven Hand. Tout comme T-Model Ford d’ailleurs. Et Holy Golightly. Et les Dead Brothers aussi, dont l’influence est forte sur cet album. La liste est longue. L’homme a déjà parcouru un long chemin.
Tout est dit. Le reste se trouve dans la galette.


Check Also

Le stoner à San Diego

Depuis un peu plus de 5 ans maintenant, je suis tombé amoureux d’une scène musicale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.