dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Cucumber The french job

Cucumber The french job

The French Job

Label: Cosmic Groove

FRENCH EXPERIMENTAL POP - Il y a des recettes aux milles gouts qui ne peuvent pas se décrire, tant, sur le palais, les milles saveurs font effet. On peut pourtant dire si c’est bon ou pas, si on aime, on apprécie ou on adore. On y distingue clairement un grand nombre ingrédients, mais le mélange leur donne une autre saveur. Il y a des disques comme celui de Cucumber, aux milles impressions musicales, sorti tout droit de la toque d’un grand chef, mélange de fruits et légumes musicaux les plus frais et les plus mûres, pour donner un disque unique, mais aussi moins facilement descriptible.

Cucumber, c’est l’association de musiciens connus pour leur recherche de sonorités (ayant participé par exemple à  « Pony Taylor »), dont les ustensiles de leur cuisine sont plutôt des wurlizer, theremin et autres instruments vintages mythiques. Oui, c’est dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes, c’est ce qu’on dit. La chaleur de ces instruments n’a jamais su être reproduite sur les claviers et émulateurs modernes. Après, on a beau avoir un robot de cuisine professionnel, ca ne fait pas de vous un grand chef ! La maitrise c’est autre chose. Question qui ne se pose pas ici, tant la musique est fluide comme un excellent vin. L’excellent vin pour accompagner ce disque est une bonne chaîne, pour bien apprécier l’excellente sonorité du groupe.

Avec à peine un peu de voix comme sur "09.01.2006 (the trap)" et une choriste, le disque est essentiellement instrumental. Un peu comme un plat sans viande (et mon entourage sait que pour moi, la viande est le meilleur légume !), c’est risqué de rassasier quelqu’un avec un plat où il manque quelque chose dont on est trop habitué. Qu’importe ici. On est bien loin du bœuf désorganisé entre potes, tout est travaillé, mis en place, carré. Chaque ingrédient ou épice apporte sa sonorité, son grain de sel, dans ce plat particulier mais très digeste. Et pourtant, malgré le sérieux, le travail de la construction, la composition travaillée, on ressent le plaisir qu’avaient les musiciens à participer à ce projet. Parce que, à l’écoute de chacun des titres, on entend ces thèmes travaillés, réfléchi, comme une recette crée après mure réflexion et une bonne expérience derrière les fourneaux.  Tour à tour vintage sixties ("Les Tics érotiques", un bon jerk !), parfois plus moderne sur la sonorité (Malyflow’s Garden), le mélange des saveurs de chaque période musicale est bien équilibré pour éviter le pastiche ou l’hommage. Cucumber a trouvé sa recette. Un disque sans doute indispensable à tout réalisateur ou sonorisateur, qui trouvera peut-être même des images à coller sur ces titres très différents les uns les autres. D’ailleurs, la télévision française à déjà utilisé certains de leurs titres. Et pour tous ceux qui regrettent la pauvreté instrumentale de beaucoup de disques pops actuels, avec peu ou pas de solos, revivez avec ce disque !

 

 

Donc, même si vous n’aimez pas les concombres, goutez à ce plat. Pour le premier album, c’est du travail de grand chef étoilé ! Moi j’en reprendrais bien une part SVP. Bon appétit !

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page