vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Chet Faker

Chet Faker

Built on Glass

Label: Future Classic / Musikvertrieb

SOUL-R'N'B - Chet Faker, nom emprunté au célèbre trompettiste de jazz Chet Baker, enregistre un premier EP, Thinking in Textures, qui connaît un certain succès et grâce auquel Chet remporte un disque d’or. C’est deux années après ce bijou musical qu’il nous revient avec son premier album studio, intitulé Built On Glass.

L’album est composé de 11 chansons et dure en tout plus de 45 minutes, ce qui peut paraître long comparé à la plupart des CDs actuels qui dépassent de peu les 30 minutes pour ne pas être rangés dans la catégorie EPs. Il est coupé en deux parties. La première se rapproche beaucoup au style de son EP. On peut alors penser que la prise de risque n’a pas été très grande, mais bien au contraire ! L’album commence avec "Release Your Problems" par du piano très jazzy pour finalement finir avec de la basse et de la batterie très r’n’b sur lesquels se pose la voix rauque de Chet et en même temps tremblante.

Avec "Melt", il nous offre un duo avec Kilo Kish, chanteuse américaine. La chanson est construite comme une discussion entre les deux chanteurs. Elle est calme avec son rythme plutôt soul et soudain, un deuxième rythme rapide et soutenu se mélange avec le premier.

Un interlude fait la transition entre les deux morceaux. Une voix d’homme nous avertit que c’est la deuxième face de l’album, de fermer les yeux et de prendre une grande inspiration.  On rentre finalement dans la deuxième partie de l’album. Le mélange de soul, r’n’b et jazz reste bien présent, mais se rajoute une ambiance dance. Pendant de longs moments, il n’y a que de l’instrumental où se mélange saxophone, sampler et percussions qui donne un côté deep house. On s’habitue rapidement à ce mélange de style et on peut même se surprendre à hocher de la tête.

Chaque chanson a une atmosphère différente et pourtant elles se suivent parfaitement. Ce disque est magnifiquement bien construit. A la première écoute, il peut sembler conceptuel et compliqué et finalement, on est transporté par la musique plus vite que ce que l’on pourrait imaginer et lorsqu’on appuie sur play, difficile de stopper le disque avant la fin.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page