dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Charles Bradley

Charles Bradley

Changes

Label : Dunham Records/Daptone/Differ-ant

SOUL - Charles Bradley, ou la preuve incarnée qu'il faut se battre pour ses passions, sort son troisième album à 67 ans.

Il n’est jamais trop tard pour démarrer sa carrière, comme le montre Charles Bradley. Ce joyau de la Soul qui fut le sosie de James Brown jusqu’à ses 62 ans, a sorti deux albums depuis 2011, qui lui permettent d’obtenir aujourd’hui la reconnaissance qu’il mérite. Son troisième album CHANGES ne fera que confirmer son talent.

L’album porte le nom du titre « Changes », qui est en réalité une reprise de Black Sabbath. Charles Bradley avoue ne même pas connaître Black Sabbath, mais cela ne l’empêche en rien de réussir sa reprise.  Pour cet album, Charles Bradley s’est entouré de nombreux musiciens de groupes issus de Daptone Records, tels que Budos Band, ou encore The Extraordinaires, le groupe qui tourne avec Charles Bradley. Des émotions en veux-tu en voilà, accroche-toi, l’album va commencer.

Une petite prière en guise d’entrée, ce n’est pas dans mes habitudes, mais on ne dit pas non à une voix comme celle de Charles Bradley, et celles de ses choristes. Charles démarre son album en dispersant l’amour ! J’avoue ensuite un coup de cœur pour le morceau « Good To Be Back Home ». La soul est décidément la musique des émotions. On sent que Charles Bradley chante sa vie, et la rend plus belle à travers des textes intenses. Tout est là : ca vous prend aux tripes, ca donne envie de bouger, d’être heureux. C’est tout bête. Et puis, ca donne envie de rentrer chez soi. Comme dit Charles Bradley dans une entrevue,  « Je prends l’amertume et je la transforme en douceur ». Sa vie aux Etats-Unis n’a pas toujours été facile, mais le chanteur n’en garde aucune rancœur.  Durant tout l’album, on bascule évidemment entre amour (« Nobody But You »,  « Things We Do For Love », « Crazy For Your Love ») et révolte (« Ain’t Gonna Give It Up »), les deux sujets principaux de ce genre de musique. On oscille entre chaleur sensuelle, amour, paix, et la volonté de se battre, la recherche de la justice. Les textes sont empreints d’une vérité saisissante, que sa voix transmet naturellement, les cuivres donnent de la puissance à souhait, je comprends pourquoi cet album est l’un des plus attendus de l’année. On s’arrête un instant sur la reprise « Changes ». Elle semble tellement couler de source, que j’en viens à la préférer à l’originale. Prenez six minutes pour admirer le clip (ci-dessous), c’est un ordre !

L’album est une totale réussite, envoutant qui plus est même pour les non amateurs de soul. Ouvert à tous !

Retrouvez Charles Bradley à l’Olympia vendredi 1 avril (ceci n’est pas une blague), et à Reims le 2 avril 2016.


Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page