dimanche , 24 février 2019
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs (page 158)

Archives de catégorie : Chroniques CDs

Souscrire au flux

The Stone Roses

Le 20ème anniversaire de la sortie de The Stone Roses, premier album du groupe de Ian Brown, a suscité de belles envolées lyriques de la presse spécialisée. Et si on remettait tout à plat, avec une chronique partisane du rédacteur en chef Julien Gremaud et une critique aiguisée de notre érudit Crocodile Duffy ? Action. Lire la suite »

Ohbijou

Beacons, deuxième album de Ohbijou est sorti en pleine effervescence estivale. On ne l’avait pas ignoré, au contraire : cette petite merveille de pop trône depuis 3 mois en première place de lecture. Mais la précipiation ne fait pas bon ménage avec l’écoute de ce disque. Les 12 perles aériennes de ce groupe canadien s’alignent en toute quiétude, pas besoin de monter le son, l’ensemble reste très délicat, parfois comptines lo-fi, avec une adresse certaine. Les bien nommés Ohbijou viennent de Toronto est livrent avec ces « balises » (sorti chez Bella Union) la suite de leur album inaugural, SWIFT FEET FOR TROUBLING TIMES (2006). Initialement, Ohbjou était un projet solo de la chanteuse Casey Mecija, avant qu’elle ne fasse appelle à sa sœur Jennifer puis, lors de leur déménagement dans la grande ville, qu’elles s’entourent de multi-instrumentalistes (dans le désodre : banjo, trompette, glockenspiel, mandoline, harpe, violon, harmonica, etc). Lire la suite »

Telekinesis

Il y a depuis (presque) toujours une vraie tradition de la power pop à l’américaine, mettons de Big Star à Ben Folds Five en passant par Cheap Trick, les Posies ou même Weezer dans ses moments les moins ‘metal’. C’est dans cette prestigieuse lignée que s’inscrit Michael Benjamin Lerner, l’homme qui se cache à lui tout seul derrière le pseudonyme collectif de Telekinesis. Dans ses clips, Michael Benjamin Lerner a une bonne tronche de geek (ce genre de mecs qui passent leur vie chez eux derrière leur ordinateur et qui n’ont généralement jamais approché une fille à moins de 4 mètres). En tout cas ce qui est certain, c’est que pendant ses longues nuits passées à jouer à World of Warcraft, il a dû écouter beaucoup de musique. Une telle maîtrise de l’écriture, de la mélodie, de l’arrangement, ça ne tombe sûrement pas du ciel. L’album commence avec une jolie petite ballade mélancolique et acoustique, "Rust", et enchaîne avec l’excellent "Coast of Carolina", qui débute lui aussi avec une petite guitare sèche visiblement enregistrée au fond du garage et qui voit débouler de grosses décharges électriques sur le refrain. Placé derrière, le frénétique "Tokyo" poursuit dans la même veine ‘power pop ensoleillée et ultra mélodique’. Les guitares électriques sont toujours présentes sur "Look To The East", peut-être le meilleur morceau du disque, tandis que "Awkward Kisser" est, lui, basé sur un accompagnement au piano et débouche sur un surprenant refrain haut perché, et que "Foreign Room" reprend le schéma ‘intro cool et acoustique / électricité énervée ensuite’. Lire la suite »

The XX

C’est toujours la même histoire : comment certains disques voient-ils la lumière du grand jour ? L’album des XX est une énigme. « The XX déclare la seconde guerre froide au rock » déclare-t-on dans Voxpop. Cet album serait le manifeste des gens abattus, un vrai disque de new-wave, à des années lumières des exercices de reproduction d’Interpol et compagnie. Soit, ce Lire la suite »

Nosfell

Quelqu’un d’entre vous parle-t-il le Klokobetz ? Non ? Dommage, vous n’allez alors pas comprendre les textes et les messages de Nosfell qui utilise cette langue pour accompagner sa musique. Il a lui-même inventé cette langue qui proviendrait de la lointaine planète Klokochazia. D’entrée de jeu, vous conviendrez de l’originalité du musicien français. Cette langue qu’il mélange à l’anglais où l’on retrouve quelques sonorités françaises, allemandes et orientales lui offre une liberté d’expression sans fin. Il peut se laisser aller à des délires vocaux les plus fous et ainsi s’éclater sans limites. Ne croyez pas non plus que l’artiste se moque de vous en chantant n’importe quoi, toutes les paroles sont écrites d’abord en français avant qu’il les traduise en Klokobetz. Ce n’est pas de l’impro, ni du yoghourt, mais bel est bien du Klokobetz ! En écoutant l’album, Nosfell nous invite à le suivre dans son long périple mélodieux jusque sur Klokochazia, accrochez-vous au tapis, nous décollons. Lire la suite »

Isis

Le Isis des vieilles années est bel et bien révolu. De toute façon, les fans de la première heure ne s’attendent plus à un retour aux sources. Le groupe américain a toujours été en constante évolution et ils nous le prouvent une fois de plus avec leur dernier opus WAVERING RADIANT. Si l’on pouvait classer les premiers albums dans le sludge metal ou dans le post hardcore, nous sommes actuellement dans un registre plus progressif, classifiable dans du post-rock. De toute façon, à quoi bon se prendre la tête pour savoir dans quelle catégorie les classer ? Isis a toujours eu son propre style et son évolution si particulière en fait un groupe assez unique. La force et la qualité de WAVERING RADIANT reste l’évolution mélodique des morceaux. Bien qu’ils soient relativement longs, les titres ne sont pas ennuyeux et proposent toutes sortes d’atmosphères. Les guitares sont moins tranchantes que par le passé et la voix d’Aaron Turner alterne toujours entre voix claires et voix dites gutturales. Les fans du début regretteront sans doute que ces voix graves sont de moins en moins présentes, mais il faut l’admette, le style progressif proposé s’accorde plutôt bien avec les voix claires. Encore que le mélange des 2 voix reste quelque chose d’intéressant dans ces styles toujours sombres. Lire la suite »

Darker My Love

Copain des Black Angels, jeune groupe sombrement psychédélique variante shoegaze, le second album de Darker My Love excite l’attention à la lecture d’une rapide description wikipédienne. Après un premier album homonyme passé incognito dans les bacs en 2006, la bande de L.A débarque avec ses gros sabots pour un second album beaucoup plus tape-à-l’œil, mais sommairement intitulé 2. Une écoute et le jugement tombe aussi sec : des ricains qui pompent Oasis…étonnant. L’intro stadium de "Northern Soul", premier titre de la galette, aurait déjà du nous mettre sur la piste. On a beau chercher l’encrage soi-disant psychédélique, on se casse les dents sur un essai brit pop basé sur la répétition maladive de jérémiades pop indigestes qui nous font alors plus pencher du côté de Keane que des lads de Manchester ("Two Ways Out" en tête de liste). La faute à la voix de Tim Presley peut-être, qui opte souvent pour des décrochages vocaux qui prennent le large dans les aigus. N’est pas Craig Nicholls qui veut. Et comme les instruments s’effacent derrière la voix après chaque intro, l’excitation retombe aussi sec. Tant de légèreté, mais pourquoi ? On trouve pourtant dans les rangs Andy Granelli de The Distillers… Lire la suite »

Revenir en haut de la page