mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Blood Orange

Blood Orange

Coastal Grooves

Label: Domino / Musikvertrieb

INDIE POP - Derrière Blood Orange se cache un des artistes le plus hyperactif du moment : Devonté Hynes. Son objectif avec ce projet, qui n’est sûrement pas le dernier, était "d’écrire de la musique qu’il avait envie d’entendre". Et il avait sûrement envie d’entendre une multitude de sons et d’influences différentes! Un mélange hétéroclite qui, selon les affinités, se marie à merveille ou à peu près mais qui donne un album loin d’être monotone. Décryptage de la nouvelle sensation from NYC.

Avant Blood Orange, Dev Hynes s’est essayé à plusieurs genres différents d’abord au sein de Test Icicles (plutôt punk) ou avec Lightspeed Champion (folk). Puis, il a composé pour de nombreux artistes allant des Chemical Brothers à Florence and The Machine en passant par Solange Knowles avant de revenir en force avec Blood Orange. Pourquoi ? Hynes nous répond dès "Forget It",  le premier titre de COASTAL GROOVES, « I feel unique not yet complete ». Pour se compléter, Hynes est donc parti en quête de sons dans la Grosse Pomme. On ressent bien le mélange des genres qui peut exister dans une ville comme New York mais on se laisse surtout porter par le son très eigthies, un peu à la Duran Duran.

 

Hynes le proclame haut et fort, il a essayé d’écrire des chansons qui pourraient être chantées par une drag queen. Dès lors, si les boas en plume, les synthés et les voix travaillées ne sont pas votre truc, passez "Forget It" ou "Sutphin Boulevard". On y croise une bonne dose de funk mais elle est noyée sous des relents pop. Pourtant Coastal Grooves est un tel labyrinthe de genres qu’il y en a pour tout le monde. I’m Sorry We Lied nous fait courir hors d’haleine après la voix superbe d’Hynes au son d’une guitare solitaire tandis que "S’Cooled"  nous laisse reprendre notre souffle pour devenir le titre à écouter lors d’un apéro d’été branché avec sa voix aérienne et son rythme lent mais marqué. Avec "Instantly Blank (The Goodness)" on trouve même une déclaration d’amour version dancefloor, un peu trop sucrée. Mais Hynes nous a gardé le meilleur pour la fin avec le merveilleux "Champagne Coast". Une touche de mélancolie, une douce succession d’accords flottants, une voix sublimée et nous voilà légèrement enivrés du doux nectar à bulles.

 

 

Coastal Grooves est au final le résultat d’un mix audacieux. S'il nous arrive d'être un peu écoeurés par moments, il ne nous lasse pas une minute. Virvoltant entre tous les styles des années 80 avec la sensibilité du 21ème siècle, Hynes nous emène dans une soirée new yorkaise sans fin avec ses bars cosy et ses dancefloors délurés.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page