Très bon LP qui se découvre un peu plus à chaque écoute. Hughes est impérial comme d'habitude, délivrant un jeu de basse puissant et fin à la fois, il suffit d'écouter le martèlement de "Black Country", la fine rythmique de "The Great Divide" ou encore la nouvelle relecture de "Medusa" s'il était besoin pour s'en convaincre. Niveau voix que dire ? Aucune perte d'octave depuis les seventies, à faire pâlir d'envie Gillan et Coverdale et le format Groupe le cadre un peu plus, ce dernier ne jouant pas la surenchère sur les titres chantés en commun avec Bonamassa. Le jeu de Bonham est convaincant grâce à une frappe sèche et lourde à comparer avec celui de Chad Smith sur les derniers efforts solo de Hughes. Je ne connais pas assez Dream Theater pour comparer le jeu de Sherinian sur ce disque mais les nappes de claviers et d'Hammond sont distillées avec parcimonie, juste ce qu'il faut pour relever la sauce : impeccable.

Black Country Communion

HARD BLUES ROCK Et un supergroupe de plus! Cette fois-ci, ce sont des légendes heavy qui se sont regroupées pour ce projet. Glenn Hughes, Jason Bonham, Derek Sherinian (jolie palette) aditionné du guitariste virtuose Joe Bonamassa et vous obtenez le cocktail explosif de Black Country Communion.

Très bon LP qui se découvre un peu plus à chaque écoute. Hughes
est impérial comme d’habitude, délivrant un jeu de basse puissant et fin à la
fois, il suffit d’écouter le martèlement de « Black Country », la fine rythmique
de « The Great Divide » ou encore la nouvelle relecture de « Medusa » s’il était
besoin pour s’en convaincre. Niveau voix que dire ? Aucune perte d’octave
depuis les seventies, à faire pâlir d’envie Gillan et Coverdale et le format
Groupe le cadre un peu plus, ce dernier ne jouant pas la surenchère sur les
titres chantés en commun avec Bonamassa. Le jeu de Bonham est convaincant
grâce à une frappe sèche et lourde à comparer avec celui de Chad Smith sur
les derniers efforts solo de Hughes. Je ne connais pas assez Dream Theater pour
comparer le jeu de Sherinian sur ce disque mais les nappes de claviers et
d’Hammond sont distillées avec parcimonie, juste ce qu’il faut pour relever la
sauce : impeccable. Pour être honnête, je ne suis pas un grand fan de Joe Bonamassa solo, je n’accroche pas, mais là, son jeu de guitare s’accorde
parfaitement avec le style heavy rock blues. On sent clairement le plaisir pris
à l’enregistrement tel que sur « Beggarman », « Black Country », « Medusa », « One Last Soul »… tous les titres en fait ! Je me suis surpris à rêver d’un duo
Coverdale / Hughes sur « Song Of Yesterday » tellement l’ambiance s’y prêtait,
réminiscences de « You Keep On Moving » et des années Mark III/IV/V. Espérons
qu’il y aura un dvd live à la clef dans quelques mois, le bonheur serait
complet.

About Anthony

:-)

Check Also

Amaranthe, la plus belle plante du rock

POWER METAL – Quelques mois avant la sortie de son sixième album studio intitulé « Manifest », …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.