dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Billie

Billie

Le Baiser

Label : Lyon Music Developpement

POP - Le premier album de la française Billie est sorti le 31 mars et on vous conseille d'y prêter une oreille attentive...

L’album démarre avec "Sangtimentale", titre déjà disponible. La voix de Billie pourrait ne pas faire l’unanimité, tout comme le côté électro digne des années 1980. Et pourtant on accroche, les associations de mots sont surprenantes et finalement envoutantes. Billie sait jouer avec la langue française, et nous en fait profiter. Elle trouve ses influences chez Depeche Mode ou encore The Cure, et on s’en rend vite compte. "Ta Bouche" est la touche sensuelle de l’album avec des paroles et un style de chant rappelant Camille. Une instrumentale hypnotisante envahit l’atmosphère, avant de s’adoucir lors du refrain "mets ta bouche sur ma bouche, ça fait mouche"… Voilà encore de belles images, Billie rentre dans la peau d’une sirène qui semble oublier de respirer lorsque son amour n’est pas là.

On change complètement de sujet avec "Dehors", un morceau à texte militant. Les immigrants clandestins sont ramenés à la frontière, et la chanteuse a honte de son pays qu’elle ne reconnait plus. Si le sujet a été vu et revu dans tous les sens, Billie l’apporte d’une manière nouvelle, à travers cette pointe électro, et des paroles touchantes : "Elle leur a dit : gardez mon enfant laissez le ici là-bas, il n’y aura jamais de beau temps là ou on me renvoie». Les morceaux continuent d’aborder des thèmes différents (voyage nocturne avec "La fille Peter Pan", le quotidien amoureux sur "Amour amer", ou encore la mémoire et les différentes périodes de la vie avec "Chronologie"…). Billie prend un malin plaisir à incarner différents personnages pour ses morceaux, et elle s’en imprègne profondément.

Place à l’étrangeté par contre avec "Sauerkraut voyage", soit le voyage de la choucroute, un morceau instrumental. Pas d’influences allemandes particulières… Après une rapide recherche, je découvre que la choucroute vient en réalité … de Chine ! Ah! Cela explique le violoncelle qui rappelle l’Asie, effectivement. On en apprend tous les jours. L’album se termine avec "L’âme bleue", encore une histoire de sirène, cette fois loin de l’électro. On bascule du côté sombre avec encore ce violoncelle qui laisse paraitre la tristesse de cette sirène seule dans son royaume. La longue partie instrumentale à la fin permet de quitter en douceur le monde de la chanteuse. Si vous restez douteux devant son premier single "Sangtimentale", persévérez car d’autres morceaux de l’album sont bien meilleurs ! Et prenez la peine d’écouter les paroles.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page