dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Bikini Machine

Bikini Machine

Bang on time

Label: Yotanka

ROCK - Hey au fait ! La fin d’année dernière à vue la sortie du dernier album d’un groupe dont la musique est aussi cool que leur nom… Bikini Machine ! Tellement cool qu’on aurait presque oublié de vous en parler, vus qu’on imagine qu’il se trouve déjà depuis longtemps dans votre collection de CDs. Allez, parce qu’on est sympas chez Lords of Rock, on va vous en parler. De ce BANG ON TIME rafraichissant envoyé par les rennais de Bikini Machine !

Habitués aux productions annuelles, c’est déjà leur 8eme album. Leurs morceaux qui oscillent entre pop rock actuelle, surf rock des 60’s, et Brit pop saupoudrée de quelques riffs bien garage rock, se savourent tel un cocktail fruits rouge (ajouter la dose d’alcool que vous souhaitez) bien glacé sur une chaise longue au soleil, paré de vos plus belles lunettes de soleil. Le truc classe et cool à la fois quoi.

Classe et cool, c’est comme ça qu’il faut définir cette dernière création qui regorge de bonnes idées musicales. Dès le premier morceau STOP ALL JERKS, quelque chose nous prend. Ca groove, sur une rythmique qui ne cherche pas à en faire trop, la guitare pleine de fuzz fait echo au boom boom propret de la basse. Les leit motiv à la guitare et au clavier viennent terminer avec élégance les phrases du couplet. Un procédé que nous allons retrouver à plusieurs occasion sur ce CD. On se plait d’ailleurs à reprendre à l’orale les paroles et les notes comme sur SULKY LISA : « All the things they can do TADAdadaaaaa ».

Les effets sont parfaitement gérés, delay sur le chant façons psyché sur THE SHADE OF MY SOUL, disto et spring reverb digne des meilleurs morceaux des Beach Boys et de Dick Dale sur WATCHA GONNA DO. Mention spéciale pour TRAVEL FREE, qui percute dès l’intro. Le schéma sifflé est juste super efficace ! Et on s’éclate à le siffler pendant le morceau. Les morceaux continuent de s’enchainer, les influences des Beatles sont indéniables, et au service d’un coolitude assez bluffante.

Ca groovera jusqu'à la dernière note avec WATCH ME GOING BY, qui se la joue vintage avec un petit grain séduisant sur la voix. Basse et batterie up tempo, guitares cleans et réverbérées vont vous faire kiffer les 50’s en bikini. Pour finir, j’ai véritablement redécouvert l’album lorsque je l’ai écouté au casque. La profondeur du mix et la stéréo est à délecter cocktail fruit rouge (ajouter la dose d’alcool que vous souhaitez) en main sur votre chaise longue et casque au poing. Une seule chose à dire : « GROOVY BABY ! ».


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page