Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Betzefer

Betzefer

The Devil Went Down to The Holy Land

Label: SPV / Musikvertrieb

HEAVY METAL – Avez-vous déjà écouté du metal israélien ? Si ce n’est pas le cas, vous devriez vous y mettre… en tout cas le dernier album de Betzefer en a dans la culotte. On ne ressort pas indemne de ces 14 titres.

Ah les préjugés… Dans l’esprit collectif le metal n’est pas une musique qui se pratique (et s’écoute) dans tous les pays. On n’imagine pas certains peuples s’adonner joyeusement au headbanging à longueur de journée. Et pourtant… un vieil ami plein de tatouages me parle souvent de groupes de grind ou de death sénégalais. Comme quoi, cette « musique de sauvage » bien que souvent underground touche toutes les catégories de nos sociétés. L’israel et tous ses paradoxes, l’Israel et tous ses contrastes n’échappe narturellement pas à la règle. Betzefer n’en est pas à son premier coup. Les metalleux connaissent bien ce groupe qui sévit depuis une quinzaine d’années, mais qui commence à se faire un nom depuis des tournées avec Sepultura, Fear Factory et autres cadors du genre.

Fin 2013, le groupe revient avec un 3ème album, THE DEVIL WENT DOWN TO THE HOLY LAND, qui claque dans les roustons. Un album très abouti, avec du gros son, avec la voix puissante et ténébreuse d’Avital Tamir qui résonne au plus profond de notre corps. Pas de répit chez Betzefer, ça tape du début à la fin. Après une mini intro, les mecs envoient le titre éponyme de l’album. C’est carré, ça cogne, la voix est en place, ça sent la sueur et la bière chaude.

En millieu d’album on touche le graal du metal. En 6ème plage, le monstrueux "Copkiller" surgit avec une voix d’outre tombe. Pas le temps de s’en remettre que "Sledgehammer" et ses saccades nous transperse. Et "Milk" un peu plus loin nous achève. On est très proche de Pantera, mais ça fait plutôt plaisir. Le groupe revandique clairement cette influence.

Très efficace, très puissant, THE DEVIL WENT DOWN TO THE HOLY LAND est une véritable descente aux enfers. L’avantage et l’inconvéniant d’un tel album, c’est que ça tape et ça braille du début à la fin. Il est difficile pour le groupe de sortir de son espace et d’apporter beaucoup de variations. Au niveau technique, il y a un tas de subtilités et de variations, mais pour une simple écoute, on est toujours dans ce registre très heavy. Néanmoins ce 3ème album est vraiment bon et les metaleux des années 90 devraient apprécier.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page