samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Bad Religion

Bad Religion

True North

Label: Epitaph / Phonag

PUNK-ROCK - Figure emblématique du mouvement punk-rock californien, Bad Religion est toujours actif depuis plus de trente ans. Ils ont sorti leur 16ème album studio en janvier dernier. L’occasion pour nous de voir si les punk « quinqua » ont encore la fougue de leur 20 ans !

Quinqua, pas tous ou pas tout à fait. Le leader Greg Graffin les aura l’année prochaine et avec les changements de line-up, ils ont engagé des petits jeunes comme Brooks Wackerman, le batteur depuis déjà plus d’une décennie. N’empêche que le groupe a une sacré carrière et que Greg Graffin a un CV étonnant : maîtrise de géologie et doctorat de paléontologie. Entre les tournées, il lui arrive d’aller enseigner à l’université et d’écrire des livres sur la théorie de l’évolution. En tout cas, on comprend mieux pourquoi « Bad Religion » avec le symbole de la croix barrée. Punk intello ? C’est sur que ça change de certains crétins (on ne citera pas de nom) qui se revendiquent punk juste pour faire du bruit, boire des bières et chercher la baston. Bad Religion a un regard (plutôt humaniste d’ailleurs) sur le monde, sur la société et les mots choisis ne sont pas là par hasard. Ils ne se prennent néanmoins pas trop la tête et n’intellectualisent pas le punk. Preuve à l’appui avec le premier single de TRUE NORTH s’intitulant tout simplement "Fuck You". Greg Graffin s’explique au sujet de ce titre en disant : « Si un seul groupe devait avoir une chanson avec ce titre, ce serait nous. Ca sonne parfaitement comme une chanson de Bad Religion »

 

 

Avec Bad Religion, on est rarement (jamais) trompé sur la marchandise. On sait à quoi s’attendre. Un peu comme AC/DC, pour ne citer qu’eux. 16 titres balancés en 35 minutes, le groupe ne se perd pas dans des méandres sans fin, ils vont droit au but. Les solos sont concis, net et précis, le rythme est souvent soutenu et la voix de Graffin n’a pas bougé d’un iota, reconnaissable entre mille et toujours très distincte. Si le tempo ralenti sur un titre (Hello Cruel World), c’est pour repartir deux fois plus vite sur le suivant (Vanity).

TRUE NORTH s’inscrit dans la continuité. Il ne va pas ressortir du lot comme RECIPE FOR HATE, THE GRAY RACE ou plus récemment THE EMPIRE STRIKES FIRST. Quelques morceaux passent toujours bien comme "Robin Hood in Reverse" ou "I Their Hearts is Right", mais c’est l’ensemble qu’il faut écouter et apprécier. Même si le groupe ne se renouvelle pas, il reste un des pionniers du mouvement punk-rock californien et ils méritent notre plus grand respect.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page