mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Awolnation en interview

Awolnation en interview

En Interview

INTERVIEW - Juste avant d'enflammer le Nouveau Casino à Paris le mois dernier, Aaron Bruno, leader du groupe Awolnation, nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions. Retour sur la carrière d'un californien pas comme les autres...

Lords of Rock : Bonjour, premièrement comment vas-tu ?

Aaron Bruno : Je vais très bien merci.

 

Es-tu content d'être ici en France ?

Oui, vraiment ! C'est la deuxième fois que je viens. On a joué à la flèche d'or l'année dernière. Je suis déjà venu 4 ou 5 fois à Paris mais c'est réellement la deuxième fois que je viens pour donner un concert. J'ai eu deux jours pour me promener, sentir les gens et profiter des endroits propres à Paris. Je me sens un peu plus à l'aise que la dernière fois, je pense que je comprends mieux la culture française. Ce soir le concert va être plus gros et mieux que la dernière fois – ce qui est grand n'est pas toujours meilleur mais – je sens que ce sera un bon concert.

 

Peux-tu te présenter un peu ? M'en dire un peu plus sur ta musique, d'où tu viens…

J'ai grandi dans une petite ville de la banlieue nord de Los Angeles en Californie, à environ 32 Miles… (silence) Tu sais c'est toujours une question à laquelle il est difficile de répondre, la musique parle d'elle même. Tout ce qu'il faut savoir sur moi se trouve dans ma musique et mes paroles.

 

Ça fait environ un an que ton album est réellement arrivé en France, comment vis-tu ce succès immédiat ?

Pour nous ça s'est fait progressivement, rien n'est arrivé trop vite comme ça peut arriver à d'autres groupes. Je pense qu'on a eu beaucoup de chance que ça se passe comme ça. Et on continue à faire toujours mieux. Parfois, on peut se sentir mal d'arriver à faire de gros concerts à un moment et de revenir à de petits concerts plus tard. C'est pas le cas pour nous, et c'est pour cela qu'on a vraiment la chance de continuer à prendre de l'ampleur.

 

 

Ici les concerts sont plus petits qu'aux États-Unis ?

Oui mais j'aime beaucoup ça, j'adore aussi retrouver l'esprit des petits concerts plus intimes. C'est vraiment ce qui me plaisait au début, je préfère ça aux énormes concerts devant des centaines de personnes.

 

RedBull Records t'as repéré. peux-tu m'expliquer pourquoi toi, pourquoi à ce moment là ?

Mon manager (qui est quelque part par ici) connaissait bien Redbull Records, j'étais en train de travailler sur quelques morceaux, c'était la première version de Megalithic Symphony. Ils les ont entendus et ont tout de suite voulu me donner la chance d'enregistrer dans leur studio, c'était incroyable. C'est un gigantesque studio à Santa Monica. J'ai pu l'utiliser gratuitement, sans personne pour me diriger, je n'y croyais pas. Ils ont écouté mes morceaux et ont décidé de tout garder sans rien changer. Ensuite, ils m'ont proposé de signer et de produire l'album.

 

Ça a du être dingue !

Oui en effet ! Ce que j'aime avec ce label, c'est qu'ils ne me cassent jamais, ils ne m'imposent pas les directions à prendre, je suis totalement libre.

 

Et donc après ça, tu as commencé à faire des concerts…

J'avais déjà besoin de finir l'intégralité de l'enregistrement mais j'ai fait quelques concerts pour me rendre compte de ce que ça pouvait donner. J'avais envie que ce soit encore mieux sur scène ! Tu sais, certaines fois les gens veulent entendre en concert ce qu'ils entendent sur le CD. Moi je voulais que ce soit comme en studio mais qu'il y ait plus de niveau. J'avais envie d'améliorer les morceaux pour les jouer en live, qu'il y ait quelque chose de plus. Et ils continuent à se perfectionner avec le temps donc… (sourire)

 

 

C'est pourquoi tu as décidé de former un groupe.

Oui, si j'avais pu j'aurais tout fait tout seul, jouer de la guitare et faire de la batterie avec le pied… (rire). Mais je voulais vraiment un vrai groupe, je ne voulais pas être seul sur scène avec une bande son derrière moi comme ça peut être le cas pour le hip-hop.

 

Ca fait plus d'effet d'avoir un groupe en live…

Oui exactement.

 

Composes-tu tout seul ou tes musiciens ont également un rôle dans la composition ?

En studio je fais tout tout seul. Certaines fois mes musiciens interviennent pour faire ce que je ne peux pas parce que je ne suis pas instrumentiste. Mon truc c'est vraiment l'écriture des chansons et la composition. Mais il y a des chansons qui requièrent des musiciens vraiment meilleurs que moi. Par exemple pour "Soulwars", j'avais demandé à un des meilleurs batteurs que je connaissais de venir jouer cette partie si rapide, je ne sais pas jouer aussi vite… Mais disons que je fais 90% du travail.

 

Et si maintenant tu décides d'enregistrer un album, tu le feras également seul ?

Oui, toujours. Mais tu vois sur cette tournée, un de mes guitaristes a joué un petit riff qui m'a beaucoup plu. Je vais peut être l'intégrer à un prochain album, ou du moins faire quelque chose à partir de ça. Mais je ne veux pas du tout travailler avec d'autres songwriters. Personne ne peut être impliqué dans ce projet mis à part ma famille.

 

Parce que c'est un projet personnel ?

Exactement.

 

 

Peux tu me dire maintenant ce que tu attends de ce concert ce soir ?

C'est la première fois que nous allons jouer ce type de concert à Paris. Mais je ne sais pas. Je veux dire, on va faire pour le mieux. Je ne suis pas sûr que ce sera aussi fou que ça a pu l'être sur cette tournée par exemple à L.A. Tu sais là-bas ils ont mis des années à se réveiller et l'ont finalement fait donc je ne sais pas… Paris est vraiment une ville d'art et de mode alors peut être que ça fera comme à New York et Los Angeles et que les gens seront vraiment réceptifs ou peut être pas… Je suis juste content que les gens se soucient de nous.

 

Es-tu stressé ?

Non, jamais.

 

Tu as de la chance ! (sourire)

Oui je sais ! (rire)

 

Quel a été ton meilleur concert avec Awolnation ?

Euh… Il y en a eu tellement. La première fois où l'on a joué et que les gens connaissaient les chansons, c'était à Austin au Texas dans une petite avenue, un peu comme celle là (NDLR nous sommes rue Oberkampf) et je me suis senti comme un Beatles. Tout le monde était fou. Et à ce moment là c'était la première fois que je me suis vraiment dit que ça allait peut être marcher. Si j'avais à choisir un concert ce serait celui là.

 

Penses-tu déjà à un nouvel album ?

Oui, je ne sais pas quand il sortira mais je suis toujours en train d'écrire. On va essayer de sortir quelque chose bientôt. Il y a beaucoup de gens qui nous découvrent seulement maintenant mais, je me dis que les gens ne seront peut être pas fans tout de suite alors on va sortir quelques morceaux avant le prochain album pour les tenir en haleine.

 

Pour finir peux tu me parler de tes influences ?

Toutes les chansons que j'ai entendu dans ma vie sont mes influences, même celles que je déteste !

 

Tu n'as pas un groupe de référence ?

Non, pas vraiment… Bien sur que j'écoute beaucoup de choses mais je n'ai pas un groupe de référence en particulier.

 

C'est sûrement pour cela que ta musique est si spéciale ?

Peut-être, merci. Tu sais, j'aime vraiment tous les styles de musique…Si j'avais un flingue sur la tempe et que je devais obligatoirement choisir un groupe ou un artiste, je dirais probablement Kurt Cobain.

 

Merci, j'espère être là ce soir pour le concert !

Merci à toi, j'espère aussi.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page