vendredi , 2 décembre 2022

Amorphis – Halo

Amorphis sera toujours un groupe spécial à mes yeux. 

Lorsque j’étais ado, une pote du lycée, fan du combo Finlandais formé en 90, m’avait prêté des cassettes (oui vous avez bien lu : des cassettes!) et quel ne fût pas le choc : la musique metal pouvait être brutale et progressive ! 

J’ai découvert Tales From The Thousand Lakes et Elegy alors que je n’avais pas encore de poil au menton et pourtant j’ai instantanément aimé son côté progressif, folklorique, grandiose, pourtant hors de propos pour l’indécrottable fan de Morbid Angel et Fear Factory que j’étais alors.

Ce 14ème album n’est pas qu’une pierre de plus à l’édifice de 32 années de carrière c’est aussi un disque de métal mélodique qui segmente le propos en plages atmosphériques et véloce, tout en faisant la part belle aux refrains et ambiances lumineuses « On the Dark Waters » ; « The moon » avec toujours cette touche orientale qui fonctionne parfaitement avec les vocaux gutturaux tout aussi efficaces que les parties clean (d’ailleurs le chant s’est considérablement amélioré de ce côté-là au fil des années). 

Evidemment, difficile de mettre la barre plus haute que l’immense Tales From The Thousand Lake de 94. Pourtant, les arrangements sont superbes et le côté heavy plus présent que sur Queen of Time de 2018. On a même l’impression d’écouter une espèce de metal moderne à la Epica par moment, je pense notamment à la fin de « The Moon » son refrain mi tempo et ses voix féminines lointaines. 

L’ensemble est très équilibré entre brutalité – limite pagan – et metal mélodique à la Sentenced deuxième période.

Le morceau original de cet album est ce feat avec Petronella Nettermalm chanteuse du groupe progressif Paatos. La track est douce, triste et mélancolique sans jamais verser dans le mélo et se déplie autour d’une modulation à deux voix, extrêmement efficace. 

Bref, un opus rempli de sons poignants, mélodiques et toujours en place. Satisfaction garantie. 

Check Also

Mademoiselle K, un rock burné au féminin

Révélation française du milieu des années 2000, Mademoiselle K refait surface. En effet, après cinq …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *