Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Alter Bridge

Alter Bridge

AB III

Label: Roadrunner

POST METAL ALTERNATIF - Voici venu du troisième album pour les Américains d’Alter Bridge qui crapahute à travers un post metal alternatif (comprendre un rock métallique mi tempo, lourd parfois et gueulard à d’autres) depuis le fameux ONE DAY REMAINS.

Ce disque porte le nom d’AB III, et disons-le tout de suite, c’est un très grand cru, un peu comme ces vins roumains qui doivent mûrir le temps d’un voyage en bus pour prendre toute leur dimension ! Le groupe se compose de Mark Tremonti (guitare), Scott Phillips (batterie), Brian Marshall (basse), musicien d’un combo metal rock prenommé Creed. Au poste de chanteur, un type qu’on connaît bien puisqu’il accompagne Slash, il s’agit de Myles Kennedy. Un bon gros super combo des familles. Voyons de plus près ce qu'il s’y passe.

Un album qui se décline sur quatorze titres du pus bel effet, entre rock et jonglerie alternative avec des moments contemplatifs comme sur ce "Slip To The Void" qui ouvre l’album. Point trop n’en faut, le rock c’est le rock comme disait ma grand-mère alors que les médecins lui donnaient un mois à vivre ! "Isolation" et "Still Remains" offrent ce relent à la Soundgarden sans pour autant pomper le groupe de Cornell, et pour cause, c’est de guitares heavy dont il est question ici. Écoutez donc "Make It Right" et sa structure appuyée par une basse caverneuse, sacrément burinée cette affaire !

 

 

On ne reviendra pas sur les (nombreuses) qualités de sieur Kennedy, qui, je trouve, aurait pu pousser le truc vers un rock plus couillu. Il manque parfois une accroche simple à ce disque. Alors bien sur, "Fallout" ou encore "Breathe Again" sont des directs, mais on regrette presque le côté grunge du premier album. Ici l’évolution qui soutient le disque est grumeleuse et exploitée, mais voilà, ça manque de rentre dedans. Était-ce la vocation de ce disque après tout ? Ce qui est sûr, c’est l’exigence évidente du groupe, pour élaborer un disque profond, émotionnel et technique. Manque peut-être ce côté frontal indispensable à la scène post grunge. Très bon disque au demeurant.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page