lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » AC/DC

AC/DC

Stade de Suisse - Review

Stade de Suisse, Berne, mardi 8 juin


45’000 billets vendus en 12 minutes. D’entrée ça calme tout le monde. Il n’y a pas beaucoup de groupes en activité qui peuvent sortir de tels chiffres. La popularité d’AC/DC n’est plus à prouver et la qualité des concerts est un fait reconnu depuis bien longtemps.


Mardi 8 juin le groupe australien était donc bien présent dans notre capitale pour répandre son flux de rock n’roll et pour faire pousser des cornes aux ours bernois. En première partie, Krokus a joué son hard rock made in Switzerland. On ne va pas s’étendre sur le sujet… Notons tout de même que le public suisse allemand apprécie son groupe et connaissait bien les paroles.Les choses sérieuses débutent vers 21h00. L’écran géant placé au fond de la scène s’ouvre et une locomotive fait son apparition. AC/DC ne fait jamais les choses à moitié en matière de show. Et comme d’habitude, il joue le tube du dernier album et pour cette tournée BLACK ICE le tube en question est Rock n’roll Train. Le ton est donné.Lorsqu’on va à un concert d’AC/DC on ne s’attend pas à de grosses surprises du point de vue des titres choisis. Le groupe, en plus de 35 ans de carrière, est une véritable machine à tubes. Ils jouent 3-4 titres du dernier disque et le reste c’est de l’artillerie lourde.

Légende du rock

Les moments forts du concert sont d’ailleurs souvent les mêmes. Angus Young fait son strip-tease sur “The Jack”. On voit son superbe caleçon à l’effigie du groupe. Pendant ce temps, le cameraman fait des gros plans sur les jolies filles du public. A l’époque, ces dernières montraient leur poitrine…. Tout se perd.Sinon la grosse cloche descend pour “Hells Bells”. Brian Johnson s’accroche dessus et se balance lorsque les coups retentissent.
Quoi d’autre… Ah oui, une poupée gonflable d’une vingtaine de mètres fait son apparition sur la locomotive. Vous l’avez reconnue il s’agit de “Whole Lotta Rosie”, l’amante de Bon Scott…Angus nous gratifie toujours de son solo d’un quart d’heure. C’est à la fin de “Let There Be Rock”. Il court dans tous les sens, il se roule par terre, il se retrouve au milieu du stade grâce au prolongement de la scène. 55 ans et toujours une énergie incroyable. Angus est la figure emblématique du groupe, son look d’écolier en short est une marque de fabrique et l’on voit fréquemment des imitations du guitariste dans le public. D’ailleurs dans ce genre de concert, c’est un pur bonheur de voir les vrais fans avec des look pas possible. La veste en jeans avec tous les patchs est toujours de rigueur pour les grands événements. Enfin, le final, des plus classique avec les canons de “For Those About To Rock”. Ca pète de tous les côtés, avant de se terminer par un feu d’artifice. Le Big Show, comme d’habitude. Un concert de stade avec tout ce qui va avec au niveau des infrastructures. AC/DC fait véritablement partie de la légende du rock. En 37 ans de carrière, ils ont gardé leur style bien carré et on influencé bons nombres de musiciens. Jusqu’où iront-ils ? Encore combien d’années ? Personne ne le sait. C’est pourquoi les 45’0000 spectateurs ont bien profité de ce moment de rock n’roll avec les 5 musiciens.

Voici le set proposé par le groupe :

Rock N’ Roll Train

Hell Ain’t a Bad Place to Be

Back in Black

Big Jack

Dirty Deeds Done Dirt Cheap

Shot Down in Flames

Thunderstruck

Black Ice

The Jack

Hells Bells

Shoot to Thrill

War Machine

High Voltage

You Shook Me All Night Long

T.N.T.

Whole Lotta Rosie

Let There Be Rock

Encore:

Highway To Hell

For Those About To Rock


2 commentaires

  1. AC DC
    C’est plus ce que c’était ces concerts d’AC/DC. Trop de méconnaisseurs qui ont juste une carte de crédit pour se payer quelques billets. Ou sont passés les vraies rockers?
    Tout se perd, comme au paleo ou autre festival.

    Vive WOODSTOCK

  2. Re: Stade de Suisse – Review
    Moi je dis rien que “Let there be rock” vallait chaque centime des 400 balles que certains ont investis.

    Angus est un MONSTER OF ROCK, une légende vivante

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page