jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » A Prison Called Earth

A Prison Called Earth

The Ivory Miracle

Label: Auto-distribution

METAL PROGRESSIF - Au moment de l’écriture de cette chronique, nous avons du recul pour savoir que le groupe nantais A prison called Earth s’est hélas séparé depuis la sortie de cet Ep, suite d’un premier album bien accueilli par les amateurs de metal progressif. Triste nouvelle bien que leur page facebook annonce la recherche de nouveaux membres. Pourquoi une triste nouvelle ? Lisez ceci avant d’écouter the Ivory miracle.

Si nous sommes enfermés dans une « prison appelée Terre », avec des EP de metal progressifs comme THE IVORY MIRACLE disons franchement que nous allons nous constituer prisonnier sans aucune obstruction et avec un consentement complet ! Originaire de Nantes, ce groupe sait exploiter une large palette de styles musicaux, de la folk au metal en passant par le jazz, utilisant des sonorités acoustiques comme synthétiques et saturées. Un mélange a priori curieux, mais dont l’agencement suscite l’admiration.

L’album débute sur une introduction intemporel faites de bruitages et vagues sonores de guitares et clavier, avant qu’un coup de guitare lourd et saturé amène une pulsation et du rythme. C’est le "Vertical Ballet" metal à la rythmique volontairement bancale (bien travaillée), aux accents déplacés, avant de partir sur un solo de claviers bien retro qu’aurait envié Kraftwerk. "Infinite Cloisters", le titre suivant qui est enchainé sans coupure, ressemble davantage à de la folk indie, guidé par la narration du batteur. "This White Inheritance" est une transition synthétique douce aux motifs répétitifs rappelant Vangelis. Elle s’enchaine sur "Of Grandeur and Splendor", commençant comme un hymne folk tout en nuance avant d’être renforcé par des guitares lourdes donnant plus d’ampleur à la composition. Composition excellente, particulièrement la transition, qui joue sur des contretemps avant de reprendre le refrain qui débouche pendant quelques secondes … sur du jazz ! Il est temps d’enchainer et de finir (déjà !) sur "Unflexible", hymne metal qui conclue d’une excellente manière cet EP.

Et là, quand on pense que le groupe s’est en parti séparé et à la recherche de nouveaux membres, on se dit que c’est franchement regrettable, tant l’alchimie du quatuor était audible. Quatre talents qui se complétaient, qui ont fait paraitre un excellent EP et qui annonçait un album …
Alors, toi, ami musicien, si tu lis cette chronique en écoutant cet EP, particulièrement si tu es du coin de Nantes, contacte ce groupe et aide les à continuer ce qu’ils ont commencé. Moi je suis trop loin ! Parce que depuis, il pleut de nouveau sur Nantes comme l’avait dis Barbara, et ca continuera tant que la musique de A Prison Called Earth ne fera pas vibrer les amateurs de rock !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page