lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Adrian Weyermann

Adrian Weyermann

Pool

Weyerworks Records


Sur un fond maritime tiré de toute vraisemblance des estampes du maître Katsushika Hokusai, Pool est le nouvel album solo du Bernois Adrian Weyermann. Après avoir fait ses gammes comme chanteur et songwriter du groupe Crank, il nous avait déjà livré deux albums fortement teintés de blues-rock: La Poeta (2003) et Home (2004). Il a en outre marqué la scène zurichoise en passant presque tous les lundis sur la scène du EL Local.
Pool a été enregistré en studio comme un album live. Les différents musiciens qui accompagnent Adrian sont tous issus de la scène zurichoise. Il lui apportent un univers musical plus jazz, voire blues, que ses propres influences. Il en ressort un disque très romantique, à la limite quelques fois du mièvre, qui pourrait faire penser à un Duncan Scheik et aux grandes heures de la scène du Chesterfield Café à Paris. Le single tout désigné est le morceau "Echo", qui allie la force du rythme et la douceur de la mélodie. Quelques envolées de riffs et de solos de guitare saturée dynamisent les compositions tout en garantissant une forte connotation pop à l’ensemble. Nous sommes aussitôt confrontés à la forte influence des grands standards du blues-rock qui marque l’ensemble du disque, comme si un Stevie Ray Vaughan se retrouvait en second plan. Sur "I Am Fool To Want To", on pourrait ressentir l’atmosphère musicale torturée d’un Jeff Buckley pas encore tout à fait maître de sa voix.

Pool apparaît comme un véritable album de scène, à vivre une bière à la main dans l’ambiance enfumée d’un caveau. Qu’attendre des effets scéniques d’Adrian Weyermann ? Le déplacement outre-Sarine s’impose, la tournée actuelle ne compte malheureusement pas de date en Romandie…

Pour plus d’informations :
http://www.adrianweyermann.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page