Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Ville Valo & Natalia Avelon

Ville Valo & Natalia Avelon

Summer Wine

Warner


Ceux qui ont été voir Das Wilde Leben, ce film allemand sorti cet hiver racontant l’histoire d’Ushi Obermaier, mannequin et sex-symbol des sixties, n’auront pas été insensible à LA chanson du film : "Summer Wine".

Si vous l’avez découverte pour la première fois à ce moment-là, impossible d’y être insensible. C’est le genre de perle que tout groupe pop rêve de décrocher un jour : les filles diraient qu’elles ont les papillons dans le ventre, les garçons se cacheraient pour verser une larme. Et puis l’actrice, Natalia Avelon, est très belle, et même si elle ressemble à toutes ces dindes, qu’elles soient actrices ou divas : elle sait chanter. La voix masculine, c’est Ville Valo qui s’en occupe. Allons, un petit effort : c’est le chanteur de HIM. Qu’on aime ou pas ce qu’il fait d’habitude avec son groupe, on s’est tous pris au moins une fois pour lui lorsqu’on prononçait nos premiers mots le lendemain d’une soirée sur-arrosée et où l’on avait fumé plus que de raison. Si masculine et si sensible, on aimerait bien pouvoir en faire autant pour impressionner la voisine. Mais passons ces considérations hormonales et penchons-nous davantage sur le produit…

…et là je m’adresse à tous les autres qui connaissent l’originale écrite à la fin des années soixante par le génial Lee Hazlewood, chantée par sa muse Nancy Sinatra (oui, "la fille de…"). Qu’est-ce qu’on essaie de nous refiler-là ? L’orchestration est inchangée (on peut le dire) par rapport à la version d’il y a bientôt quarante ans, la voix du grand Lee a été remplacée par celle de Ville : on a donc bien essayé ici de recréer une ambiance. Ambiance d’ailleurs déjà existante quelque part sur des bandes aujourd’hui probablement poussiéreuses. Quant à celle de Natalia Avelon, elle est bien, oui, mais ne dépasse en aucun cas celle de l’immortelle Nancy. Pourquoi n’avoir pas été simplement rechercher ces fameuses bandes pour intégrer le génial titre tel quel dans le film d’Archim Bornhak ? De un, l’héroïne n’aurait pas pu la chanter elle, ce qui est beaucoup moins glamour. Et puis pourquoi s’ennuyer à mettre la photo d’une Sinatra aujourd’hui grand-mère et d’un vieux con moustachu de surcroît sur un single qu’on cherche à vendre, je vous le demande ? D’autant plus qu’on peut booster les ventes de deux artistes actuels qui n’ont pas encore été amortis. Voilà, c’est dit !

Mélomanes, mettez votre mauvaise humeur de côté. Jeunes gens, lorsqu’on vous parle d’une musique des années soixante, à la place de vous demander "C’est quoi cette merde?", remplacez-donc le mot de Cambrone par "opportunité d’apprendre". Si, si, ça marche. Tout le monde : vous trouverez ci-dessous la vidéo actuelle ainsi que celle de Nancy et Lee. Force est de constater qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux, mais qu’il n’est jamais trop tard, par contre, pour découvrir d’autres titres du superbe duo des 60’s-70’s. En espérant que cet article vous aura ouvert une porte dont vous ne soupçonniez pas l’existence, on vous souhaite une excellente visualisation !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page