jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Aaron

Aaron

Artificial Animals Riding On Neverland

Rec Rec


Pour ceux qui n’auraient pas encore découvert Aaron sur la bande originale du film "Je vais bien, ne t’en fais pas" dont leur titre «U-Turn (Lili)» est le fer de lance, vous avez une chance de vous rattraper avec leur premier effort Artificial Animals Riding On Neverland.
Un premier album composé de main de maître par ce nouveau duo d’hommes-orchestre français que sont Simon Buret (chant, piano, violon et harmonica) et Olivier Coursier (guitare, piano, programming et batterie).
Aux première note on se dit que l’on a affaire au nouveau clone de Coldplay ou de Keane, mais l’on comprend vite que se serait une erreur que de cantonner Aaron à ces deux références anglo-saxonnes. Même si sur les treize envoûtantes ballades que contient cet album, « Le Tunnel d’Or » est le seul morceau en français, les influences du groupe sont bien moins évidentes et commerciales. Par exemple, la chanson « Blow » rappelle un peu la rythmique de « Money » de Pink Floyd.
On sent également planer l’ombre de Radiohead sur certaines compositions. Par moments, on décèle dans la voix de Simon Buret des tonalités qui font penser à Thom Yorke, comme sur les titres "Mister K." ou "Last Night Thoughts".

Aaron nous livre un premier album de ballades pops flirtant avec un trip-hop très épuré. Alors il est clair que cet album ne vous donnera pas l’envie de vous éclater en soirée, mais plutôt de vous taper la tête contre les murs lors de vos jours de déprime, ou dans une optique un peu plus romantique, de passer un tête-à-tête plutôt intime avec l’élu(e) de votre coeur. Artificial Animals Riding On Neverland serait une bande originale de film parfaite pour les amateurs de belles mélodies mélancoliques.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page