jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Iron Maiden à Zürich

Iron Maiden à Zürich

The Beast is back!

Hallenstadion Zürich


La vierge de fer était de passage à Zurich à l’occasion de sa dernière tournée, le 5 décembre dernier. Ce world tour suit la sortie de leur dernier album A Matter of Life and Death qui est dans les bacs depuis quelques mois.

En première partie, Trivium essaya tant bien que mal de chauffer la gigantesque salle de l’Hallenstadion avec son métal énergique teinté de néo. Mais soyons réaliste, le public était présent et réellement attentif une fois que Iron Maiden était sur scène.

Le décor de la scène est toujours aussi incroyable et on peut remercier les musiciens de ne pas lésiner sur le show qu’ils présentent. Imaginez un mur qui entoure la scène (à l’exception du côté public, bien évidemment) représentant une scène de guerre des tranchées ou quelque chose qui s’y rapproche. Le ton est donné !

Steve Harris et ses compères se présentent sur scène et commencent avec un titre du dernier album «Different world». Le public est réceptif et le concert est agréable.
D’entrée de jeu, Bruce Dickinson annonce qu’ils vont jouer tous les titres du dernier album. Et c’est ce qu’ils font. Les dix morceaux de A Matter of Life and Death sont joués, et qui plus est, dans l’ordre. L’excellent titre «The reincarnation of Benjamin Breeg» ravit les fans. Par contre, ceux qui ne s’étaient pas encore procuré le dernier opus, attendent avec impatience des airs connus, qui tardent à venir. Finalement arrive enfin quelque chose d’un peu plus intéressant, «Fear of the Dark».  Le concert entre alors dans une autre dimension. Les 13’000 spectateurs reprennent en cœur le refrain et chantent au côté de Dickinson, c’est juste merveilleux. S’en suit un titre datant de 1980, qui s’intitule tout simplement «Iron Maiden» et là encore c’est de la folie. Un tank grandeur nature (voire plus grand) apparaît derrière la scène et vise le public de l’Hallenstadion, qui ne semble pas le moins du monde effrayé. Le guitariste Janick Gers fait son propre spectacle en faisant tourner sa guitare autour de lui, en la lançant à trois-quatre mètres de hauteur. La guitare est-elle vraiment branchée ??? Bref, vous l’aurez compris, un final explosif, qui clôt la première partie du spectacle.

Après quelques minutes, les musiciens reviennent sur scène sous une foule d’applaudissements. Bruce Dickinson plaisante au sujet des montres suisses pour introduire le prochain morceau «Two Minutes to Midnight». Ils enchaînent avec «The Evil That Men Do» et le septième membre du groupe vient enfin sur scène. Il s’agit d’Eddie, la célèbre créature que l’on voit sur les pochettes des albums. Là encore, les sourires se lisent sur les visages des fans qui découvrent ce monstre de quatre mètres à la démarche un peu gauche, qui vient faire un petit tour sur scène.
Iron Maiden décide de mettre un point final au concert en interprétant un tube de 1982 «Hallowed be thy name». Bruce Dickinson sur son mur nous prouve une fois de plus qu’il posséde une voix digen de ce nom, malgré les années qui filent.
 
On  reste presque sur notre faim, car cinq titres qui ne proviennent pas du dernier album, c’est peu. Surtout lorsque l’on connaît le répertoire incroyable que ce groupe a acquis en plus de vingt-cinq ans de carrière. Heureusement qu’il garde le côté spectacle et qu’il se donnede la peine pour les infrastructures de la scène.

Playlist du concert

Different world
These colours don’t run
Brighter than a thousand suns
The pilgrim
The longest day
Out of the shadows
The reincarnation of Benjamin Breeg
For the greater good of gods
Lord of light
The legacy
Fear of the dark
Iron Maiden

Two minutes to midnight
The evil that men do
Hallowed be thy name


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page