mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Camp

Camp

Iconography

REC REC


À écouter ici.

Camp est un groupe zurichois fondé en 2003 par le chanteur-guitariste Dominic Suter et le bassiste Raphael Rogenmoser. Leur premier album Iconography, sorti en 2005 est tout simplement très bon.
Ce sulfureux mélange de new wave, de disco, de pop et de rock donne à cet album une ampleur et une profondeur envoûtante.
Le disque commence par «My heart is breaking down» caractérisé par un petit riff guitare entre la pop et le disco. Dès les premières notes, on est au milieu du salon en train de danser… comme c’est étrange. «If I were a cat», titre plus mélancolique, sonne déjà plus pop rock, mais il manque un brin d’originalité. Heureusement on repart en beauté avec encore un changement de style sur la troisième plage de l’album. Le titre « In Paris with you » est carrément de la new wave à la The Cure. La voix de Dominic Suter fait  penser un peu à ce cher Mr Smith (non pas Brad Pitt). On reste dans la même lignée avec l’excellent « Strange girl » qui sonne encore plus The Cure grâce aux quelques notes de synthétiseur. Une belle voix, comme sur les ballades qui font rêver, se pose en légèreté sur « Field day ». On quitte un peu l’univers new wave et on découvre des titres pop rock plus traditionnels.
A noter encore l’excellent «never again», qui tend aussi vers le disco voire le funk. S’en suit «Here I stand» qui n’a rien d’exceptionnel, mais qui vaut quand même la peine rien que pour les quelques notes de synthétiseur. La force de Camp est la simplicité et la qualité des mélodies. En outre, le rythme des morceaux est assez régulier tout au long de l’album. On ne se perd pas dans des changements de tempo inutiles.
Les trois derniers titres de l’album sont peut-être un peu en dessous de ce que l’on a entendu au préalable. «We have reasons»  sans la batterie électronique et sans le synthétiseur pourrait presque sonner comme un bon morceau de U2. Mais Camp ne recherche pas à imiter les grands de ce monde. Camp cherche juste à faire sa musique et c’est très bien ainsi.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page