mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Les Docks – Ginger Frolic

Les Docks – Ginger Frolic

Quand tout est bien...


Une sélection Lords of Rock:

Dès la première écoute votre album est surprenant de qualité, dans quelle mesure Yann Arnaud (Air) a-t-il contribué au mixage ?

Ginger Frolic: Yann Arnaud a travaillé sur 3 titres, ce qu’il a apporté c’est une typicité dans le son et aussi quelques idées par rapport aux arrangements, c’est-à-dire des éléments perturbateurs sur la musique afin d’accrocher l’auditeur, nous avons aussi travaillé sur 5 titres avec Stéphane Lévi (Sting) et l’ensemble de l’album a été mixé à Paris.

Dans quel état d’esprit étiez-vous lorsque vous avez enregistré l’album ?

C’était un travail au fur et à mesure, comme pour un puzzle nous avons enregistré chaque fois que nous avions des pistes sérieuses, mais nous n’avons pas tout lâché pendant 2 mois en se disant qu’il fallait enregistrer un album, de plus nous enregistrons en home studio, ce qui nous laisse plus de temps.

Quelle est la chanson qui vous plaît le plus sur Keyboard in a Tree ?

Le côté new wave de « Way Out », nous plaît beaucoup, mais dans l’ensemble nous n’avons pas de réelle préférence, nous aimons les univers de chacun de nos titres.

Qui écrit les textes et qu’est-ce qui vous inspire pour les écrire ?

Pour l’écriture nous le faisons ensemble, mais la plupart du temps la musique est composée en premier lieu, ensuite nous écrivons les textes en fonction de ce que nous ressentons. L’idée est d’exprimer musicalement quelque chose et les paroles servent notre expression musicale. Mais attention: le premier langage pour nous reste la musique.

Et d’où vient l’idée du titre « Sweet Suck » ?

Les sensations… (Rires), en fait cette chanson, c’est une énorme ironie ! Tout le principe c’est de composer un morceau très romantique, très doux et de mettre des paroles très dures, tout ça pour montrer comment les mecs sont capables de faire des saloperies et des courbettes pour obtenir ce qu’ils veulent !

Sur scène vous êtes costumé, pourquoi ?

Le fait de créer un groupe c’est comme pour une équipe de foot, on ne voulait pas que chaque entité soit différente l’une de l’autre, ça a aussi un côté collège anglais qui nous plaît bien ! En fait, Kraftwerk, sur The Man-Machine, sont aussi habillé comme ça : rouge et noir – et le thème de leur album c’était de dire que la machine allait aider l’homme et pas que la machine irait contre l’homme, tout ça pour dire qu’on a un peu se côté-là de vouloir réconcilier l’homme avec la machine, d’où le titre de notre album Keyboard in a Tree.

Sex, drugs & rock’n’roll – Dans quel ordre ?

A l’unanimité : Rock’n’roll – sex – drugs, mais c’est vrai que nous ne sommes pas non plus des très gros consommateurs de drogues. Pour nous la musique est l’un des meilleurs exutoires.

Si votre musique était un plat, à quoi ressemblerait-il ?

Vu notre univers musical et les différentes ambiances, on définirait cela comme de la « nouvelle cuisine », ce côté sucré-salé avec pleins d’arrangements nous correspond bien !

Et le pour le futur ?

Nous sommes entrain de travailler sur notre prochain album, dont nous avons déjà tiré un single "Like a Kite", et nous serions ravis de l’offrir à vos lecteurs !

RDV dans notre rubrique concours, 3 singles de Ginger Frolic sont à gagner !

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page