dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Kubb

Kubb

Mother

Mercury - Universal


Ce qui charme en tout premier lieu, c’est la voix de Harry Collier, car elle pourrait se rapprocher des vieux Radiohead… Ensuite, ce doit être ce côté pop irrésistible. So English. Mais attention, on ne nous sert pas ici des la-la-la’s ou de la fausse naïveté en boîte à la Kaiser Chiefs ou encore Blur époque The Great Escape – sans vouloir dénigrer ces 2 excellents groupes !

Non, Kubb (à prononcer un peu comme vous voulez) se rapproche plus d’un "Forever Changes" de Love – même si ces lads étaient californiens. On pense ici à la ballade pop "Remain", bien ficelée, bien orchestrée, avec des pauses lourdes de sens faisant ressortir les émotions dans une mélancolie toute mature que les ados ne connaissent de toute façon pas. Brûlons les étapes. "Wicked Soul". On ne pond un titre comme celui-ci qu’une fois dans sa vie (sauf Noel Gallagher pour qui l’exercice semble être aussi facile que de pisser) et les oreilles qui savent entendre comprendront le deuxième sens salace du texte. Puis tout dégringole avec "Grow", pleurnichard et dégoulinant de miel. MAIS… car il y a un mais… le titre suivant, "If I Can’t Have You" ressemble à du Moby sans que ce soit du Moby. Car avouons-le : le chauve a quelques bons titres à son actif, mais le mélomane averti (et bourré de préjugés) se refuse de l’écouter. Kubb est donc là pour palier à ce manque.

LE disque à faire écouter à la secrétaire particulière de votre patron, celle que vous reluquez depuis un moment. Et si elle n’apprécie pas, laissez-la donc retourner écouter son R’N’B, vous avez bien mieux à faire.

Une sélection Lords of Rock:

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page