mercredi , 14 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Fête de la musique

Fête de la musique

Fête de la musique


Devenue tradition en 1983, la Fête de la Musique fut mise sous le régime Mitterrand, en partie grâce à Jack Lang, alors ministre de la culture. Devant  coïncider le plus souvent avec le premier jour de l’été de l’hémisphère Nord, cette journée spéciale a été reprise par plus de 110 pays dans le monde. Outre le côté démago, ce jour de solstice offre l’opportunité à des musiciens de jouer pour une fois dans la rue sans voir armes à poing et lances à incendies être braquées sur eux, fait autant singulier qu’une Edith Piaf chantant sobre pour quelques sous à ses débuts. Sur ce modèle, un grand nombre de villes de Suisse reprennent le crédo et tentent dans la foulée redorer leur image de ville « jeune ». Pour cette 27ème édition donc, Fribourg, Genève, Lausanne et Vevey se plient en quatre pour accueillir plus d’artistes que de raisons.

Comme on ne se refait pas, nous serons présents dans la cité de la photographie et de Charlie Chaplin pour voir à l’œuvre quelques perles bien à nous et des bruyants voisins : parmi les 50 noms à l’affiche répartis dans la citadelle veveysanne, The Welington Irish Black Warrior, de Neuchâtel, réveilleront à 14h les paresseux et donneront quelques cheveux gris aux fans de Tafta avec leur noise rock magistralement barrée (scène du Jardin du Rivage). Duo à moitié composé d’un guitariste de Rectangle, Soma joueront eux à 17h à la même place. Parce qu’il y a des endroits qu’on n’oublie pas, le Local effectuera une revue d’effectif avec comme priorité les jeunes Syncops et The Black Cookies.

Mark Kelly, le mancunien devenu jardinier et guitariste de rue entre Lausanne, Vevey et Montreux, jouera lui aux 3 Sifflets à 18h30. Water Lily seront de leur côté au 5e à 22h. Point culminant de la journée, Solange la Frange démontera le Parc Roussy à 20h45 (soyez autant précis que moi !) après avoir traversé la France, l’Allemagne et la Belgique de long en large et avant d’enchaîner avec les grands festivals cet été. Absence impardonnable. Et puisque la Fête de la musique rime parfois avec mauvais goût assumé, un ramassis de musiciens locaux reprendront des tubes poisseux, des hits pompiers et autres sous le nom de Rock FM à 23h.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page