Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Sammy Hagar

Sammy Hagar

Cosmic Universal Fashion

Musikvertrieb


Il y a des personnes qui ont laissé une emprunte dans les pages d’histoire comme Sammy Hagar, qui a été le chanteur de Van Halen durant plus de dix ans (1985-1996), mais qui au final ne restera pas dans les mémoires collectives. A cela, plusieurs raisons :  tout d’abord, il restera toujours le remplaçant de David Lee Roth. Bien que Van Halen n’ait jamais été un groupe extraordinaire, on retiendra principalement les années David Lee Roth.  Ensuite, ses albums solos n’ont rien apporté à qui que ce soit. Et pourtant il y en a eu beaucoup. Avant de connaître le succès avec Van Halen, ce bon vieux Sammy avait déjà roulé sa bosse et sorti quelques disques. Et depuis 1996 il y a six autres albums qui ont vu le jour. Dernier en date, Cosmic Universal Fashion, qui essaie tant bien que mal de vivre avec son temps.

Sur le titre éponyme en première plage, tout se mélange pour au final ne rien donner. Solos heavy, voix électro, rythmes modernes. Il paraîtrait que ce titre soit une collaboration avec un irakien s’appelant Steven Lost. Sammy tente de montrer sur “Psycho Vertigo” que malgré ses 62 ans il a toujours une voix de hardeux 80’s.  On retrouve “Loud” un peu plus loin qui est cette fois une collaboration avec Billy Duffy et le célèbre Matt Sorum. C’est un titre déjà plus intéressant, moins brouillon, pour autant que l’on apprécie le heavy metal tendance glam rock rétro (Mötley Crüe, WASP etc…). “Switch On The Line” est aussi dans ce registre là avec une teinte plus Bluesy à la AC/DC.  Une mélodie connue apparaît soudain à nos oreilles. Une reprise des Beastie Boys, la plus rock, le fameux titre “Fight For Your Right To Party”. Cela fait plaisir à entendre, mais ce morceau n’arrive pas à la cheville de l’original. Donc un peu facile.

“When The Sun Don’t Shine” en septième plage apporte un peu de fraîcheur dans son genre plus country pop rock. Sammy sort de son registre vieux heavy et ça ne lui réussit pas trop mal. Beaucoup mieux que le genre fusion qu’il essaie de faire sur “24365”. En toute fin d’album, Sammy ressort un titre live de Van Halen pour enfin clore son album.

Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas vraiment emballés par les performances de Sammy Hagar. Même la pochette ne donne pas envie… Quelques nostalgiques de Van Halen seront peut-être intéressé par ce dernier opus, mais probablement pas ébahis par la qualité des chansons. Encore que, lorsqu’on lit les commentaires de la vidéo, on s’attend à quelque chose d’énorme…


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page