Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Bonnie Prince Billy

Bonnie Prince Billy

Is It The Sea?

Musikvertrieb


Un aspect fascinant de certains musiciens de folk au sens très large du terme, c’est leur capacité à transcender le temps. C’était le cas de Woody Guthrie et de Bob Dylan, “This Land Is Your Land”, “Blowin’ In The Wind” ou “Don’t Think Twice It’s Alright” ne vieilliront jamais; Elles sont intemporelles et peuvent ainsi toucher tout le monde.

Il est difficile aujourd’hui de supporter cet héritage si lourd de songwriters géniaux et rares sont ceux qui y parviennent à s’en détacher, mais il y en a. Certains musiciens arrivent à se servir de cet héritage pour atteindre des sommets d’interprétation. Le premier groupe qui vient à l’esprit sont Félice Brothers, cinq jeunes américains qui parcourent les Etats-Unis en jouant une musique bouleversante, et qui rappelle beaucoup Dylan justement. Bien que sa musique ne soit pas du folk pur on peut aussi classer dans cette catégorie E, le chanteur de Eels, dont la musique, en particulier sur l’album live avec un orchestre, est simplement magnifique.

Bonnie ‘Prince’ Billy possède aussi cette capacité. Cette année, en plus d’un album studio il sort un album live Is It The Sea?, qui démontre à ceux qui en doutaient qu’il fait partie des grands du folk. Accompagné par Harem Scarem, Canadien adepte de mélodies, et d’Alex Neilson, percussionniste et chanteur basé à Glasgow, il parvient avec ces treize titres live à nous toucher profondément. Et cela commence avec le premier titre “Minor Places”, impossible de résister à ses trois voix, ses violons et à son rythme lent. C’est Alex Neilson qui s’occupe donc des percussions, appuyant discrètement la mélodie et réussissant à se faire oublier sans disparaître pour autant, et ceci sur tout l’album. Car, comme souvent pour cette musique, la recette est la même pour l’album entier, en l’occurrence la voix principale en avant appuyées par des chœurs féminins et des violons, le tout saupoudré de délicats coups de baguettes.

On pourrait vous rassurer, vous dire de ne pas vous inquiéter si vous passez à côté de cet album car vous pourrez toujours l’écouter dans quarante ans. Car, il est vrai, cette musique ne possède pas de date de péremption. Pourtant ce serait idiot d’attendre quarante ans pour écouter un si bon album. Si vous êtes en manque de douceur, ou si vous voulez simplement écouter de la très belle musique, jetez-vous dessus


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page