mercredi , 11 décembre 2019
Home » Concerts » Lyrock Festival 2008

Lyrock Festival 2008

Usine à Gaz, Nyon, samedi 11 octobre 2008


Les frimas de l’hiver se faisant déjà ressentir, les prochains festivals seront en salle. La preuve en était donnée ce samedi 11 octobre avec la deuxième édition du Lyrock Festival à l’Usine à Gaz de Nyon. Toujours sur le même modèle, à savoir que la moitié des bénéfices de la soirée seraient redistribués à une association caritative, cette édition nous a offert une soirée rock digne de ce nom. En effet, ce ne sont pas moins de cinq concerts et un set DJ qui nous ont été copieusement servis. Chacun dans un style différent, mais tous rock.

On attaque avec une interview vidéo live, plus ou moins drôle mais intéressante, de Meïan. Cela nous apprend, entre autre, que leur nom veut dire clair-obscur en japonais. Leur son trip-hop-electro-rock-minimaliste nous enivre autant que le charme et la sensualité buco-vocale de Anaïs, la chanteuse. Une fois entré dans leur univers, on peine à en ressortir tant on veut découvrir les mystères qui y sont cachés. Mais attention, nonobstant que l’on rêve éveillé, on ne s’endort pas pour autant…

Maintenant il est temps de boire une mousse pour poursuivre avec Datura Sunday’s Walk. Ils étaient déjà programmés l’année passée, mais n’avaient pas pu se produire suite à pétage de poignet du guitariste. Voilà un groupe que l’on ne classe pas dans la catégorie rock juste parce qu’il y a une guitare et une batterie. Malgré un petit problème de sono au début, le concert était à la hauteur de ce que l’on est en droit d’espérer de Datura Sunday’s Walk, du rock qui sent bon la bière tiède. On aime ce genre d’activité dominicale…

Les séances de butinage d’esgourdes se suivent mais ne se ressemblent pas. Voici que Key’s Tone entre en scène. Eux aussi étaient déjà programmés lors de la première édition (en même temps, c’est le groupe de l’un des deux organisateurs) et ils faisaient à cette occasion leur première scène. C’est donc une bonne opportunité d’entendre et de voir l’évolution.
Eh bien, triste immaturité musicale. Ils manquent cruellement de répétitions. En effet ils ne sont pas toujours en ligne. En parlant de ligne, celle de basse est bonne, dommage que ledit (nouveau) bassiste soit si psychorigide. Son jeu de scène nous viens de Sainte-Croix (mais oui, vous savez, là où ils font des automates…). Il reste beaucoup de travail, mais le potentiel est là, surtout au niveau de la voix. Allez les gars, on fonce au local de répét’ et on s’y met a fond.

Maintenant place aux excellents Colveen. Découvert eux aussi en ces lieux l’an passé (groupe de l’autre organisateur), ils restent fidèles à eux-même en nous livrant tantôt un hard-rock proche du trip-hop, tantôt un pop-rock autrement plus tranchant que certaines mélasses mélodico-dramatiques connues. Bref, leurs compositions sont complexes mais très accessibles. A entendre et à voir absolument.

The Passengers, groupe veveysan, clôt les concerts de cette deuxième édition. Ils ont décidé de repousser les barrières du British pop rock habituel en y ajoutant une touche groovy, reggae, soul et folk (dixit leur site web). Et franchement sa sonne bien, même très bien. Leur but avoué est de conquérir la scène musicale actuelle, et ils en ont le potentiel. La nuit se termine avec P-Trice et son set DJ. Qui finira de faire danser le premier rang d’adolescentes dont les hormones les ont fait se trémousser comme des guenons épileptiques à chaque concert. Voilà, il est temps de rentrer au bercail et d’espérer que leur souhait d’étendre le festival sur deux jours puisse se concrétiser pour la prochaine édition.

PS : Les photos de la soirée sont en ligne dans la section… photos


Check Also

Festival Les Feux de l’été, édition 2019

Quelle chaleur aujourd’hui ! Début de canicule en cette fin du mois de Juin, je …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.