samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Le Romandie

Le Romandie

These New Puritans

Vendredi 13 septembre


Lords Of Rock ne pouvait pas se permettre de manquer la première soirée officielle du nouveau Romandie, situé Place de l’Europe. Les programmateurs renouent avec les bonnes habitudes de la maison: du rock très hard (Part Chimp) et des groupes branchés (These New Puritans), encore que cela se discute.
Dans une salle dite comble mais loin de la ferveur de feu le vieux Romandie, Part Chimp démarre tambour battant avec un concert noisy dans les règles de l’art : pieds bien écartés pour supporter les gros riffs (ou compenser les balanciers de la tête, c’est selon), tours Marshall, et des transitions dignes de purs amateurs. On aime ou on aime pas, mais Part Chimp est ce groupe sympathique qui ferait passer Shellac pour de la sunshine pop (bien que le genre soit tout autant noble). Si le fait de jouer avec des boules Quiès a fait jaser les connaisseurs, c’est un groupe qui te prend aux tripes pour rester poli. C’est lourd, parfois monolithique mais surtout très fort. Dans leur coin, These New Puritans n’ont pas bronché…

Les jeunes anglais ont pourtant livré un set eux aussi sans concession. Venus sur scène sans dire un mot, repartis sur le même mode. Une bonne base rythmique, des nappes d’électros en backing et un chanteur très radical et avec une voix affirmée. A l’heure du fluo, Jack Barnett ose la cote de maille pour faire du post-punk chevaleresque. Numerology est un hip-hop robotique du 3ème millénaire, I Want To Be Tracey Emin sonne comme un Black Rebel Motorcycle Club enfin intéressant avec la froideur cold wave, Chamber est un Joy Division cool et ludique où Albert Hammond Jr. viendrait y mettre sa touche de guitare. Et forcément, il y a le tube, Elviss, ou Elvis, on ne saura jamais, joué sans fioriture. Le tout fait malheureusement lever le sourcil du public du Romandie, venu plus pour dire "J’étais là pour la première soirée" que pour apprécier les teignes de Southend-On-Sea. Amis des excellents Horrors et des baroques Ipso Facto, These New Puritans étaient un pion essentiel des mythiques soirées garage gothiques de cette triste ville côtière d’Albion. Pourtant trempés par une splendide semaine déprimante, les spectateurs auraient pu être un peu plus inspirés pour fêter ces discrets britanniques. A qui la faute?


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page