mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Girls in Hawaii

Girls in Hawaii

Plan Your Escape

Musikvertrieb


Le nom Girls in Hawaii est trompeur… En effet, le groupe ne vient pas d'Hawaii, mais de Belgique et n'est pas composé de filles surfeuses. Girls In Hawaii c'est six garçons qui jouent un indie-rock novateur et mystérieux. Pour ce deuxième opus, qui est le succèsseur du très prometteur From Here To Here, les Belges ont fait appel au producteur Jean Lamoot (Noir Désir, Alain Bashung). La pochette, un peu étrange d'ailleurs, est une tête de cerf, à terre dans une forêt. Assez spécial… Et bien c'est comme l'ensemble de l'album. Mais, attention étrange veut dire aussi que nos six Wallons font preuve de beaucoup de talent, voire de génie. À l'écoute de ce Plan Your Escape, on a l'impression d'être plongé dans une brume profonde à la fois reposante et inquiétante. La voix un peu nasillarde du chanteur plaira à certains et en agacera d'autres , mais elle ne laisse personne indifférent.
On commence doucement avec "This Farm Will End Up In Fire". Ce morceau multi-facettes, le plus énervé du disque, est également à compter parmi les plus réussis de l'album. On enchaîne sur un "Son Of the Sun" bien réussi avec son intro orchestrale qui évoque la forêt, simultanément à une ambiance un peu Beach Boys. Le très dansant "Bored" n'est pas du tout ennuyeux, vous fera remuer la tête et vous mettra de bonne humeur le matin. "Shades Of Time", avec son ambiance feu de camp et ses bruitages bizarres est une très belle invitation à la rêverie. On se réveille avec le bruit de la pluie à la fin du morceau, pour introduire le très bon "Fields of Gold". Comme autre bon titre sur l'album, on trouvera le très efficace "Grashopper". La chanson instrumentale "Road To Luna" ne nous emmène pas sur la lune, mais on y est presque… On y arrive sur "Coral", court interlude d'une minute. L'album se termine sur deux bons morceaux: "Summer Storm" et l'éponyme "Plan Your Escape".
Avec ce deuxième album, Girls in Hawaii nous rappelle que le rock belge, ce n'est pas que Hollywood Pornstars et Ghinzu. On respire…


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page