Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Puscifer

Puscifer

V is for Vagina

SonyBMG


Officiellement Tool est le  meilleur groupe du monde, qui peut contredire cette affirmation? Personne. Après un dernier album en mai 2006, le mastodonte 10,000 Days et plusieurs tournées, les génies sont en pause, mais pas pour tout le monde. En effet, Maynard James Keenan, le chanteur de Tool donc, est de retour avec son side-project, le bien-nommé Puscifer.
Première impression: l’artwork est bizarre, on apprendra notamment qu’il existe une compagnie aérienne nommée Vagina Airlines, dont le bon seigneur Keenan est le valeureux capitaine. En regardant les crédits, les surprises sont nombreuses. Brad Wilk, Tim Commerford, ces noms vous sont inconnus? En enfer! Accompagné de ces deux monstres sacrés entre autres, Sir Keenan nous emporte dans un univers imprévisible, compte tenu du CV des musiciens présents sur l’album.
Pas de metal à la Tool, ni d’orgie à la Rage Against The Machine, mais un mix improbable de trip-hop et d’indus bien ficelé, avec des échos qui rappellent Tool parfois. L’univers est sombre, Nine Inch Nails n’est pas toujours loin, les thèmes chers à Monsieur Keenan sont récurrents, les rythmes sont linéaire. Le très bon «Queen B» lance le bal avec ses incantations vaudou, pour un résultat pas très éloigné de ses précédents travaux. On s’extasiera devant le génial «Momm Sed», le meilleur de l’album, qui aurait très bien figuré sur une galette de A Perfect Circle, groupe au destin relativement improbable, mais néanmoins excellent.
Puscifer offre un album cohérent, mais qui restera considéré comme l’album pop du chanteur de Tool, un album qui sera reçu dans nos contrées très marginalement, à côté des remasterisations de U2 par exemple. À écouter en regardant le plafond dans la pénombre ou en faisant seul la galette des rois.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page