samedi , 22 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Serj Tankian (System of a Down)

Serj Tankian (System of a Down)

Serj Tankian (System of a Down)

Warner


Vous le savez sans doute, si nous considérons System Of A Down aujourd’hui comme du néo-metal, il n’en a pas toujours été ainsi. Tous les petits chahuteurs ici-bas se rappellent combien le premier album du groupe décoiffait. Cela fait 9 ans maintenant et le groupe a changé. Il a même décidé il y a un an de faire une pause. Par contre, les membres continuent à être actifs, notamment Serj Tankian, le chanteur, qui vient de sortir un album solo. Play.

Elect The Dead
est ton premier album depuis que System Of A Down a décidé de faire une pause  en 2006. Qu’est-ce que ça t’a fait de faire un album tout seul ?
Je voulais faire un album solo depuis quelque temps. Quand j’étais en plein dedans, je me suis senti possédé. C’était comme nager dans les profondeurs de l’océan de la créativité. J’étais en permanence connecté à ce projet, même dans mon sommeil. C’est une bonne façon d’exorciser que de recevoir tout ça émotionnellement. En faisant cet album tout seul plutôt qu’avec tout un groupe, il y a certaines vulnérabilités et choses intimes que tu peux exprimer de ton côté, quand tu ne représentes que toi-même. Et du point de vue des paroles, je considère ce travail beaucoup plus vulnérable et intime que tout ce que j’ai fait avec System. Il y a des chansons d’amour, des chansons sur la douleur… très personnelles. Et bien-sûr il y a des chansons plus politiques.
Comment décrirais-tu Elect the Dead à quelqu’un qui ne l’a pas encore écouté ?Elect the Dead est un album rock qui t’emmène en voyage avec divers genres intégrés, différents types de paroles, et beaucoup de moments amusants et colorés à apprécier. C’est plus intime, orchestré et explorateur en même temps. D’ailleurs, c’est le meilleur boulot que j’ai fait dans ma vie.

 Que veut dire le titre de l’album ?Ca m’intéresse plus de savoir comment les gens interprètent Elect the dead que ce que moi j’ai pu vouloir dire. J’ai nommé l’album à cause de la chanson, qui est une chanson spirituelle sur l’amour, la vie et la mort.Voilà les interprétations de mes proches :

 A.      Les leaders actuels ne sont pas assez qualifiés pour nous mener par ces temps d’essai, donc nous avons besoin de chercher des guides parmi les anciens leaders (Martin Luther King, Gandhi, JFK, etc…). Les idées vivantes de ceux qui sont morts sont plus puissantes et efficaces que les idées mortes des vivants.


 B.    Les victimes de la quintessence de la civilisation devraient élire nos prochains leaders, pour vivre dans une société plus juste.


C.  Nous avons besoin d’acquérir la sagesse par delà l’histoire, par delà les mondes physiques et matériels, pour être capable de ne pas seulement élire les leaders mais apprendre à nous élire nous-mêmes en tant que leaders.

La fin de la civilisation est le thème qui semble être récurent dans cet album. Pouvez-vous nous parler un peu de ce que ça représente pour vous ?Nous sommes accros à ce concept de civilisation. On ne peut pas imaginer vivre sans la civilisation, parce qu’elle existe depuis 10 000 ans, en fait, tout ce que nous appelons l’Histoire. Mais selon les archéologues, l’humanité existe sur cette planète depuis des millions d’années sous la forme indigène. En se basant sur la progression actuelle de surpopulation et le taux de destructions des ressources naturelles, la civilisation n’est pas scientifiquement durable. Nous savons que c’est en train de se terminer et qu’est-ce qu’on fait ? On fait juste des plans pour ralentir sa mort !

Quel est le concept de créer une vidéo pour chaque morceau de l’album ?

Il y a deux idées en une. La première est d’augmenter la part d’art et la seconde est que l’industrie musicale actuelle, avec le partage des dossiers et le téléchargement, nous devons offrir quelque chose de plus que seulement 12 chansons sur un cd. Nous devons multiplier des façons de se connecter avec nos fans, avec les gens qui écoutent notre musique. Donc j’ai donné à 12 réalisateurs une chanson et un petit budget et j’ai dit « Sois dingue. Suis l’idée artistique que tu as toujours eu envie d’expérimenter. Je ne veux pas le voir tant que ce n’est pas fini ».

Ecrivez-vous et enregistrez-vous d’autres genres de musique ? J’ai mon propre studio et j’ai écrit de la musique depuis de nombreuses années. J’ai plus de 400 ou 500 pistes de toutes les sortes de genres musicaux. Certains sont utilisés pour des films, pour des jeux vidéo, pour des collaborations, pour des remixes, pour System, et certains pour mes trucs solo. J’ai certaines de ces chansons depuis très longtemps sous forme de démo, d’autres ont été écrites l’an dernier.

Où en est System Of A Down et quel est son futur ? Avez-vous des projets pour enregistrer un autre album avec le groupe à l’avenir ?  SOAD est en ce moment dans un hiatus (une pause – NdlR) indéfini après avoir été pendant plus de dix ans un groupe qui faisait des tournées et des enregistrements. SOAD n’est pas une entreprise qui a besoin de produire un disque par an pour vivre. Nous sommes un groupe d’artistes et nous créons de la musique ensemble quand nous en avons envie. Nous apprécions aussi faire d’autres choses artistiques personnelles. Nous sommes tous amis et on soutient l’art des uns et des autres. 

Le génocide Arménien est dans les nouvelles ces jours-ci. Es-tu satisfait de la reconnaissance (toujours non-officielle) du génocide par les Américains ? Et que penses-tu de l’éventuelle invasion turque en Irak du Nord ?
Je pense que les deux partis au Congrès ont été les outils des intérêts stratégiques américains – soit en pleine conscience, soit contre leur volonté. L’administration, l’industrie défensive, l’industrie du pétrole, et les entreprises de lobbying engagées par la Turquie à un montant de 300 000 $ par mois ont tous fait du lobbying auprès des membres du Congrès pour retirer l’addition du Génocide. Nancy Pelosi est le bouc émissaire chargé par tout le monde d’étouffer les vérités embarrassantes qui sont essentielles pour nous pour la transparence de la démocratie. J’ai toujours l’espoir que la vérité va prévaloir. La vérité est autre… Mais la politique et la vérité ne vont pas trop ensemble !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page