mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Samael

Samael

Valaisans from hell.

Musikvertrieb


Vous existez maintenant depuis une vingtaine d’années, quel regard portez-vous globalerment sur toutes ces années passées?
Xy
: Hé bien que du positif ! On a commencé par produire une musique très basique, très influencée par d’autres groupes bien évidemment, et puis avec le temps on a fini par trouver notre style et poser nos marques. Et puis ce métier permet de voyager beaucoup, de découvrir de nombreuses choses !

Vous tournez beaucoup en Europe, je crois savoir que vous avez beaucoup de succès en Allemagne notamment
Avez-vous tourné au Etats-Unis ?
Ouais, c’est vrai que ça marche bien pour nous en Allemagne. Nous avons effectivement tourné aux Etats-Unis en 1994, 1999 et 2003, mais c’est beaucoup plus difficile de se faire connaître là-bas
en fait il faudrait y être sans cesse présent ! Là on tourne en Europe, mais on va certainement repartir là-bas, peut-être l’année prochaine qui sait ?

Votre nouvel album Solar Soul est maintenant dans les bacs, vous êtes contents ?
Oui, ça se passe bien pour l’instant! On a eu les premiers chiffres de ventes sur la France notamment et tout roule.

Prévoyez-vous des collaborations futures avec d’autres artistes, avez-vous des projets qui vous tiennent à coeur ou vous concentrez-vous essentiellement sur la promotion de Solar Soul ?
Non, on a fait quelques festivals cet été, et puis nous allons repartir en tournée pour défendre cet album, on ne sait pas encore trop avec qui ou quand. En fait, pour l’instant on a un peu de temps libre devant nous, je vais donc probalement en profiter pour écrire deux ou trois nouveaux morceaux, un p’tit « stock de base » en somme, et en novembre on va repartir donner des concerts en France, en Grèce, et dans les pays baltes.
L’année passée on a déjà fait quelques dates en Europe de l’Est, Bucarest, etc.

Vous avez participé à la deuxième édition du festival Label Suisse, en 2006. Y a-t-il des groupes qui vous ont interessés, qui semblent  pouvoir assurer la relève du métal helvète?
Oui, il y a maintenant une vraie scène métal en Suisse, ce qui n’a pas été le cas pendant longtemps. Des groupes comme Sybreed, MXD, Kruger ou Cataract le démontrent.

On remarque de plus en plus que le fait de tourner, de donner des concerts semble rapporter plus que la vente de disques, vous le constatez aussi?
C’est vrai que le prix des places de concert a augmenté de manière assez aggressive, ça montre peut-être une tendance. Néanmoins, pour produire un disque de qualité, il faut un budget conséquent. Je vois difficilement un groupe financer ça en tournant seulement, sans maison de disques derrière. On ce qui nous concerne, la scène est très importante! Non, seulement pour le contact avec le public mais aussi parce que c’est là que nos morceaux prennent vie.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page