Vous êtes ici : Accueil » Interviews » The Bishops

The Bishops


Irascible


On ne vous connaît pas trop ici. Avez-vous quelque chose à dire à votre public en Suisse ?
Pete : Nous avons fait quelques dates déjà en Suisse allemande et surtout à Lucerne, mais ce soir c’était notre meilleur concert de la tournée. Nous avons beaucoup apprécié le cadre et le public qui s’est déplacé pour nous voir malgré le temps incertain.

Pourquoi le nom The Bishops ?
Chris : C’est simple ! Ce sont eux (Pete et Mike) The Bishops, c’est leur nom de famille.
Mike : Depuis que nous sommes petits, on nous appelle comme cela. Nous avons bien essayé de trouver un autre nom de groupe, mais ça ne sonnait pas aussi bien. Il faut dire que pour nous c’est très naturel de s’appeler : The Bishops et nous y sommes très attachés.

Comment êtes-vous arrivé à faire ce style de musique ?
Pete : On a beaucoup essayé de styles de musique. Il faut dire qu’au début, nous faisions du punk-rock. Ce n’est que récemment, que nous nous sommes tourné vers des influences plus sixties. Cette époque musicale nous attire beaucoup et sur scène nous pouvons vraiment donner de l’énergie au public.

Pourquoi le batteur ne porte-t-il pas de costume ?
Chris : J’ai essayé la cravate, mais ça ne m’allait pas. Je porte un polo marin avec des bandes noires et blanches pour rappeler les costumes de Pete et Mike, mais ça s’arrête là. J’ai plutôt le look de la musique que j’écoute, je veux dire Nirvana (Ndlr : Chris a les cheveux déteint à la Kurt Cobain).

Est-ce un avantage d’être jumeaux pour faire de la musique ?
Mike : Oui bien sûr. C’est surtout au niveau des goûts musicaux. Nous avons toujours un peu écouté les mêmes groupes.
Pete : Pour la musique, c’est beaucoup plus simple car nous nous connaissons très bien. Nous chantons à deux voix et nous sommes synchro sans trop de problème.

Pourriez vous me dire quelque chose que vous n’avez jamais dit à un journaliste ?
Chris : Je vais te raconter comment j’ai rencontré les deux frères. J’étais dans un bar en Ecosse, accoudé au comptoir, lorsque mon voisin m’a demandé de tendre le bras. C’est ce que j’ai fait et je me suis retrouvé avec une ligne de coke sur la mains qu’il a sniffé (rires). Plutôt déstabilisant!!
Pete : Non!Il ne faut pas le croire !!! Mais nous nous sommes bien rencontré dans un bar. C’est un très bon lieu pour rencontrer des musiciens ! (rires)

Avez-vous des projets ?
Mike : Nous pensons bientôt sortir un nouvel album. Nous avons déjà quatre ou cinq titres dont certains que nous avons joué ce soir.
Pete : Le style va être un peu différent, car nous sommes un peu plus dans une phase blues. Nous comptons le sortir au début de l’année prochaine pour nous laisser le temps de passer en studio.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page