vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Elvis et Moi, l’interview…

Elvis et Moi, l’interview…


Valentine Jaquier


Comme son nom l’indique, ton bar est entièrement dédié à Elvis, ça vient d’où cette admiration pour le King?
J’ai appelé mon bar Elvis et moi, car c’est un nom qui résume tout. Elvis est mon idole, il symbolise pour moi le rock’n’roll et le kitsch. Moi, c’est bien entendu moi-même, mais c’est aussi toutes les personnes qui viennent au bar et qui aiment Elvis et les lieux. En fait, ce nom est un clin d’oeil plein d’humour. J’adore Elvis, mais pas seulement, j’aime le rock’n’roll avant tout. Mon admiration pour le King m’est venue toute petite, car ma mère l’écoutait toujours à la maison et ses chansons ont bercé mon enfance. Avec les années, cet amour a fleuri. Il y a six ans, je me suis tatoué sur le bras gauche un coeur et marqué Elvis à l’intérieur. Et depuis deux ans, j’ai ce bar à Fribourg. Le logo s’inspire d’ailleurs de mon tattoo.

Pour quelles raisons ce milieu te fait particulièrement rêver?
J’aurais vraiment aimé vivre ma jeunesse dans les années 50-60. Je trouve que c’était une époque formidable, complètement révolutionnaire et rebelle, légère et insouciante. C’était la naissance du rock’n’roll, la musique était extraordinaire. D’ailleurs c’est ce que j’écoute principalement. Au niveau du look et des fringues également, c’était le paradis. Les mecs avaient la banane et les favoris, c’était la classe! Et les robes des filles, avec tous ces jupons et froufrous, ça me fait complètement rêver. C’est pourquoi je me pare comme ça, j’adore le style rockabilly. Au niveau du mobilier et des objets également, c’était trop beau. Je suis une fan de brocantes et de marchés aux puces. J’achète toujours plein de choses pour mon bar et ma maison, qui débordent de toutes parts. Et les voitures étaient somptueuses, rien à voir avec les caisses d’aujourd’hui tellement fades et insipides. À travers mon bar, j’ai un peu l’impression de retrouver cette réalité.

Tu roule en vieille américaine?
Hélas non, je ne suis pas mécanicienne dans l’âme et je n’en ai pas vraiment les moyens. Mais je roule en Mini Cooper ! Ce qui me convient très bien, j’adore cette petite voiture speed, elle me correspond. La mienne est rouge avec un toit à damier, et il y a bien entendu des Elvis en plastique et des têtes de mort qui virevoltent à l’intérieur. 

Au niveau de la déco du bar, c’est sans surprise ou presque car les squelettes, le tableau de la sainte cène et le nain de jardin c’est pas très rock’n roll non?
La déco du bar est un joyeux mélange de kitsch et de rock’n’roll. Pour moi, c’est indissociable, j’aime autant les nains de jardin, les madones, les fleurs en plastique que les objets vraiment estampillés rock genre juke-box, effigies d’Elvis et sol à damier. C’est vrai que le bar fourmille de squelettes et de têtes de mort, mais dans un joyeux esprit à la mexicaine et à la pirate.

As-tu des idoles qui sont encore vivantes?
Oui, bien sûr. Dans mon coeur, juste après Elvis, il y a Tom Waits. Je trouve qu’il a la voix la plus magnifique au monde. Il me fait complètement vibrer et m’arrache les tripes. J’ai eu la chance de le voir en concert il y a trois ans à Londres. C’était absolument sublime, le plus beau concert de ma vie. Sinon, j’aime énormément Nick Cave, Arno, Willy Deville, Leonard Cohen

Si tu pouvais changer une chose dans le bar ça serait quoi?
Je le déplacerais au coeur de Londres, la ville que j’aime par-dessus tout et où j’ai vécu deux ans. J’adore Fribourg, mais parfois c’est un peu trop petit et trop calme à mon goût.

Au niveau des boissons, c’est pas tellement made in USA, c’est voulu?
Il y a tout de même du Coca-Cola et du Jack Daniel’s! Et la plupart des cocktails portent le nom d’une chanson d’Elvis. Mais pour être franche, hormis le King et le rock’n’roll, je ne suis pas une dévote des Etats-Unis…

site officiel


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page