mardi , 25 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Eurockéennes 2007, samedi 30 juin

Eurockéennes 2007, samedi 30 juin

Compte-rendu


Une fois plus ou moins remis de la nuit au camping et des concerts de la veille, nous repartons de plus belle sur le site du festival pour les concerts de samedi.
Beaucoup moins rock que le reste du week end, ce samedi reste tout de même attractif et laisse présager de bons moments.

On ne va pas s’étendre sur la prestation de Joey Starr qui visiblement entretient quelques rancœurs avec d’autres rappeurs français et qui le fait savoir à tout le monde. On ne devrait pas non plus épiloguer sur le groupe Blanche qui avec un pseudo rock-country n’a finalement pas réussi à conquérir le cœur des festivaliers.

Les bonnes surprises de ce samedi sont venues par contre du chapiteau, avec entre autre Olivia Ruiz & friends. Un peu plus rock qu’en studio, la belle Olivia et sa robe argentée ont ravi le public. Les quelques invités (Christian Olivier, Mathias Malzieu, Adrienne Poly et Philippe Prohom) ont amené encore un peu plus de piment à ce concert qui était déjà acquis à la cause de la rescapée du château de la Star Ac’.

On peut aussi souligner l’excellente prestation de Tokyo Ska Paradise Orchestra, qui a la particularité d’être un groupe japonais et de jouer du ska. Comme quoi ! Cela peut paraître étonnant, mais le résultat est loin d’être mauvais.

Les concerts de la grande scène ont quant à eux été juste suffisants. Que ce soit Phoenix, Queen Of The Stone Age ou The Hives, il n’y a pas eu de moment de magie mis à part sur les quelques tubes que connaissait le public. On aurait voulu peut-être plus de spectacle, de show et d’énergie. On aurait voulu se prendre une mandale en pleine tête et bouger un peu plus. Mais voilà, rien d’extraordinaire à se mettre sous la dent.

Au final, on a un sentiment un peu mitigé des prestations scéniques, mais la bonne ambiance et l’atmosphère qui règnent dans ce festival suffisent à laisser une note positive pour cette dix-neuvième édition. Il y a aussi tellement de groupes à voir, que l’on aimerait pouvoir se dédoubler pour pouvoir assister à tous les concerts. Parfois les choix de scènes sont cruels. On attend en tout cas avec impatience la vingtième édition.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page