vendredi , 20 juillet 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Samael en interview

Samael en interview

En Interview

Label: Nuclear Blast / Musikvertrieb

INTERVIEW Samael, peut-être le groupe suisse le plus respecté à l'étranger... Un mois avant que l'album LUX MUNDI sorte, Vorph (guitare, voix) s'est entretenu avec notre spécialiste metal basé à Paris. Entretien entre deux passionnés.

 

Lords of Rock : Il y a eu beaucoup de travail abattu depuis 2009 (ABOVE), le LP (ANTIGOD 2010) et bien évidemment, le nouvel album qui sortira le 29 avril prochain en Europe ( LUX MUNDI), les concerts à venir (Pratteln) la préparation de la tournée, bref, j’ai envie de te demander où vous en êtes aujourd’hui?

Vorph : Ça fait beaucoup de choses en effet !  Mais on a pris le temps nécessaire, et je dois dire que les choses ne se sont pas précipitées. Nous avons engagé des concerts, d’une part et entamé le processus d’écriture, d’autre part. Finalement, je n’ai pas l’impression que nous ayons été débordé. L’idée étant de faire les choses du mieux possible, on va se concentrer sur la promo de cet album puis, nous allons probablement tourner un vidéo clip, on ne veux engager de concerts avant septembre.

 

Pourquoi le choix d’un MCD avant l’album ?

Nous avions prévu un single et non un LP ! Le lot devant être mis en bac pour une somme modique. Comme tu le sais la musique véhicule de plus en plus sur le net et c’est la raison pour laquelle nous avions pensé mettre le titre "Antigod" sur Itunes. Notre label (Nuclear Blast) nous a proposé de faire ce single. Et comme tu le vois, c’est devenu un peu plus. Une reprise devant faire son apparition. Par ailleurs, nous avons ré-enregistré "Into the Pentagram", en version concert. Puis sont venu les morceaux live. Après discussions avec le label on a pensé proposer un package sympa et ce qui ne devait être qu’une version deux titres et trois titres pour le téléchargement, s’est transformé en un quasi album !

 

Que signifie le nom de ce nouvel Album LUX MUNDI (à l’aube des changements qui nous guettent : politique, climat, religion) véhiculé par un son plus ramassé ?

(Silence) La religion sur "Antigod" et "The Shadow of the Sword", certes… Que dire, c’est vrai que c’est la merde, mais ce n’est pas spécialement la raison de cet album, on s’inspire comme d’ordinaire de pas mal de trucs : on est en colère, mais on devient plus vieux, plus sages !

Ce disque évoque d’avantage nos vécus, nos expériences personnelles et le travail de groupe. Il y a une forme de volonté de faire un travail soudé ensemble et cela pour montrer de l’espoir malgré les infos merdiques.

 

D’ailleurs, j’en ai sous le coude… L’Élysée Montmartre a cramé cette nuit…

Sans déconner ?! J’avais prévu un truc ce week end à Paris et devait rencontrer Devin Townsend. Putain c’est la merde (NDLR comme disait une certaine personne que j’ai bien connue..)

 

 

La pochette est sombre, très sombre, 2012, la fin ou le début de pas mal d’abominations en ce bas monde (rires)?

(Vorph serieux) Noir sur noir, mais également un noir brillant. Du noir dans du noir qui nécessite de la  lumière pour y voir quelque chose. On doit exploiter notre lumière interne à pour entamer une démarche positive. Le travail personnel, et la cohésion permettent d’aborder les choses d’un côté plus serein. La pochette pourrait signifier, trouver la lumière qui est en soi malgré la merde qui règne autour de nous.

 

Avec des titres comme Antigod, Mother Night ou Pagan Trance y a t-il justement une thématique ésotérique ou un fil directeur que vous vouliez suivre ?

Je dirais une spiritualité.  C’est un thème que nous avons déjà abordé par le passé, il ne s’agit pas de façon préétablie, de mettre en marche quelque chose de purement ésotérique, mais de montrer que l’on peut se construire à sa manière, de façon singulière, tout en restant à l’écoute de ce qui nous entoure.

C’est un album qui sonne plus proche de nous, on a souhaité sonner heavy. Nous sommes un groupe qui apprécie travailler des titres qui délivrent une proximité avec la scène. En cela cet album est très proche de ce que l’on fait actuellement, et en particulier sur scène. Le son est orchestré, travaillé, mesuré. Bref, on fait évoluer le style vers ce qui nous est propre.

 

Comment composer de façon aussi intime avec le groupe ?

Je présente au groupe mes compos, je n’ai (presque) jamais essuyé de refus ! En général les remarques me permettent d’aller un peu plus dans ma recherche autour des textes. On compose ensemble, et parfois nos textes sont des choses composées sous la forme d’un grand mix.

 

 

Avec ERA ONE et ABOVE vous aviez tenté des choses différentes plus progressives plus expérimentales parfois un peu contemplatives est ce que vous avez fait un retour au source avec ce disque plus métal, plus rentre dedans assez agressif au fond, me faisant penser à REIGN OF LIFE ?

Plus rentre dedans plus live moins electro, mais radicalement metal. On veut montrer que Samael se soucie de ce que le public peut attendre de nous. Il y a clairement un retour vers des choses plus dur, plus directe et radicalement efficace en concert. 

 

Comment vivez vous l’expérience de la scène « ouverte » vers le public à partir de la scène intérieure plus « fermée » plus personnelle, qui semble être la votre? N’est ce pas un challenge de dévoiler au public tous ses ressentis intérieurs ?

L’aspect concert est du ressort de notre bassiste. Il soigne les lights, le décor et la mise en place. Nous faisons du mieux possible pour restituer une musique fidèle à nos impressions. Pour nous ce n’est pas difficile, car nous sommes authentiques et à fond quoiqu’il arrive. La scène c’est le moment de communiquer avec notre public, on reste concentré là dessus.

 

La scène Suisse est dense et possède cette patte très carrée dans le Metal, je pense à Sybreed ou Gotthard ?

Tu trouves ? En ce qui nous concerne, on a beaucoup travaillé, on a fait évoluer nos titres vers des sphères très personnelles. Étant donné qu’on a notre propre maison de disque, nous pouvons travailler à notre rythme. Nous n’avons pas de pression externe pour composer.

Je pense qu’en Suisse tu peux décider de faire de la musique pour vivre, mais ce n’est pas le seul moyen de s’en sortir, on peut gagner de l’argent assez facilement. Si tu veux vraiment en vivre, il te faudra bosser dur. C’est peut-être la raison pour laquelle, ici, les gens s’accrochent et proposent de la musique très carrée, car on peut tout à fait vivre d’autre chose.

 

 

Bon, je me devais d’en parler… Je me souviens d’un certains passage sur Europe 2 ou un animateur à été très malpoli à votre égard. Désolé d’être français sur ce coup-là…

La communauté métal a montré son soutien. Ce n’est pas anodin ce genre d’attitude. Le plus important étant le fait que nos fans en parlent encore.

 

Des concerts en perspective?

Vous en saurez plus d’ici mi avril…

 

Je te laisse le mot de la fin

On compte sur les gens par avance, merci à Lords Of Rock, venez aux concerts !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page