dimanche , 22 octobre 2017
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Absolute Never

The Absolute Never

Once Upon The Never

Label: Auto-production

ACCOUSTIC-POST-ROCK – The Absolute Never est un groupe, ou plutôt le projet d’une seule personne, le projet d’une vie (?), en tout cas le projet d’Erwann Guennec.

Il y a beaucoup de mystère autour du groupe The Absolute Never. On ne sait pas grand-chose. Il faut un peu fouiller sur le web pour trouver quelques bribes, quelques indices par-ci par-là. On sait rapidement que ce groupe, duo, tourne autour d’Erwann Guennec qui est à la guitare, au chant, à l’écriture et même à l’artwork du disque. Parlons-en tiens de l’artwork. Plus qu’une pochette, on peut parler d’œuvre artistique. D’ailleurs, on vous conseille l’acquisition du LP pour apprécier l’œuvre à sa juste valeur. Les détails sont soignés, la part de mystère reste entière, la noirceur est de mise, mais le résultat est puissant. Superbe objet. Que sait-on d’autre de The Absolute Never ? Sur cet album il y a Adrian Gandour à la batterie, qui visiblement n’était pas présent sur les disques précédents. Bien. On découvre aussi assez vite qu’Erwann Guennec est adepte de la route et de la scène. Il a beaucoup joué en France et en Allemagne, Paris et Berlin, mais il a aussi tournée en Israël, en Pologne, dans des clubs à New-York et en Amérique du Sud (Argentine, Pérou et Chili). Et c’est tout, on ne sait rien d’autre. Et tant mieux, le mystère reste entier.

Revenons à ce nouvel album, ONCE UPON THE NEVER…qui est aussi mystérieux, envoutant que difficile d’accès. En effet, ce n’est pas de tout repos que d’entrer dans l’univers sombre du groupe. Erwann Guennec ne va pas chercher la petite mélodie facile, légère qui te trotte dans la tête dès la première écoute du matin. Au contraire, la démarche est sans doute plus dans la performance, dans l’intensité que dans la recherche de tube. Un peu à la manière des Swans, The Absolute Never propose des montées en puissance (comme l’intro Once Upon Never) et des longs passages instrumentaux.  

Une des premières choses qui frappe à l’écoute de cet opus est la voix d’Erwann Guennec. Il alterne une voix assez douce et calme avec une voix très brute et enragée. Le contraste est assez saisissant, ça donne une impression de chant schizophrénique. Sacré performance, même si cela peut surprendre au premier abord.

Les morceaux s’enchainent sans forcément que l’auditeur n’y prenne attention. Sans être aller fouiller dans les paroles, on peut parler de concept-album. Les titres s’enchainent, mais peuvent parfois radicalement varier de l’un à l’autre. Prenez "Feed to Need" qui arrache tout sur son passage en moins d’une minute et écouter ensuite le bluesy "Life’s a Beach", c’est diamétralement opposé. Pourtant, avec une guitare acoustique, la batterie et la (les) voix on reste dans un même style de chansons tout au long de l’album. C’est vraiment ces variations d’intensité et cette voix puissante (torturée) qui rend cet album unique en son genre. On citait les Swans en référence, on pourrait aussi citer Tom Waits. Un savoureux mélange. Avec autant de concert à son actif, on imagine aisément que les prestations scéniques dans une petite salle doivent être impressionnantes.

On vous encourage à découvrir ce groupe original qui ne laissera personne indifférent.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page