Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Rodrigo y Gabriela en interview

Rodrigo y Gabriela en interview

En Interview

INTERVIEW - A quelques jours de la sortie d'AREA 52, le duo mexicain Rodrigo et Gabriela a bien voulu répondre à quelques questions. Entretien avec deux génies de la guitare acoustique.

 

Lords of Rock: Salut Rod et Gab, je suis ravie de pouvoir discuter avec vous de votre nouvel album AREA 52 qui sortira le 23 janvier et de votre folle année 2011. Il y a plus d’influences « latines » sur cet opus. Comment avez-vous eu l’idée d’enregistrer à Cuba ?

Notre manager demandait quand il y aurait un nouvel album quand nous étions en tournée avec 11:11. Nous avons voulu faire quelque chose de différent, donc j'avais l'idée que nous allions travailler avec différents musiciens. D'abord, j'ai pensé peut-être au Latin Jazz mais ensuite je me suis décidé pour Cuba, car il y a une grande et unique histoire musicale là-bas.

Vous avez travaillé avec beaucoup de musiciens très doués mais aucune tête d’affiche de la musique cubaine. C’était un désir de collaborer avec la jeune génération ou juste un feeling ?

Définitivement ! Il y a des musiciens incroyables de tout âge à la Havane, mais nous voulions travailler avec certains artistes de la nouvelle génération, pour avoir une touche de fraîcheur lors des sessions et heureusement cela se reflète dans la version finale de l’album.

Avant d’enregistrer cet album, vous étiez en tournée en Europe pendant tout l’été. Quels ont été vos endroits préférés ?

C’était un planning de fou l’été passé ! Cela devient un peu vague quand tu es tout le temps sur la route. Nous avons fait un magnifique concert en extérieur à Carcassonne et être les têtes d’affiche au The Big Chill en Angleterre était un moment spécial.

 

 

Je vous ai vu plusieurs fois sur scène ici et vous avez collaboré avec le compositeur installé en Suisse Alex Wilson, qui a créé les nouveaux arrangements pour AREA 52. Que pensez-vous de la scène musicale suisse ?

Nous avons toujours passé du bon temps en Suisse, les spectateurs semblent vraiment comprendre ce que nous faisons. Nous avons joué au X-Tra à Zurich deux ou trois fois et l'avons vraiment aimé. Nous nous sommes bien amusés à Crans-Montana et le festival Blue Balls à Lucerne a une super ambiance. Gurten était cool aussi !

Vous êtes vraiment polyvalents parce que vous avez également travaillé sur la B.O. de Pirates des Caraïbes 3. Racontez-nous un peu cette incroyable aventure.

Il était très intéressant de travailler avec Hans Zimmer. Nous avions déjà un peu d'expérience avec les bandes originales avec un film appelé « Knight & Day » sur lequel nous avons un peu travaillé. Ceci et « Le Chat Potté » ont été stimulants chacun d'une manière différente pour faire un nouvel album de Rob & Gab.

Pendant le tournage, avez-vous eu l’occasion de rencontrer l’équipe et les acteurs ?

Non, ils ont tendance à faire la musique en dernier sur les films, toutes ces choses sont « empaquetées » avant. Nous avions une invitation pour la première mais on n’a pas pu y aller !

 

 

Comme l’univers de Jack Sparrow, AREA 52 est un lieu imaginaire et magique. Si on faisait une balade, qu’est-ce qu’on y trouverait ?

L’idée derrière AREA 52 est une suggestion espiègle qu’il y a quelque part un endroit encore plus mystérieux que l’Area 51 (n.d.l.r : un district existant à Cuba). Cuba était un endroit inconnu pour nous et les musiciens étaient comme des extraterrestres. Nous ne savions pas à quoi nous attendre en arrivant là-bas. Cela s’est transformé en un lieu magique, un apprentissage musical.

On arrive à la fin de l’interview maintenant… Avant que je vous laisse, un vœu particulier pour 2012 ?

C’est le début de quelque chose de spécial pour nous, partir en tournée dans le monde entier avec un orchestre pour la première fois. J’espère que tout se déroulera sans à-coups et que les fans viennent aux concerts et profitent de quelque chose de nouveau et différent de notre part.

 


Un commentaire

  1. “l’Area 51 (n.d.l.r : un district existant aÌ€ Cuba)” :

    En fait, je crois plutôt qu’ils faisaient référence à la zone 51 (area 51 donc en anglais), base militaire, où s’il on en croit la culture populaire américaine, l’us air force dissimulerait les preuves d’une existence extraterrestre…

    sinon, merci pour l’interview, j’ai fait parti des chanceux qui les ont vu à Carcassonne, Toulouse, Arles… oui, je suis fan !

    a+

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page