mardi , 26 septembre 2017
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Palko!Muski en interview

Palko!Muski en interview


INTERVIEW – Lundi prochain ce sera la fête nationale en Suisse. A Yverdon-les-Bains, la fête sera d’autant plus belle avec l’organisation d’un festival et d’un tas d’activités ludiques en journée. Le comité de « L’Autre 1er Août » a eu l’excellente idée d’inviter le groupe zurichois Palko!Muski pour clore la soirée de manière ultra festive. Baptitste, le chanteur du groupe a bien voulu répondre à quelques questions avant de venir dans le nord vaudois.

Lords of Rock : La première fois que j’ai entendu ta musique, en 2012, pour la sortie de l’album STREET DESIRE, j’ai immédiatement pensé à Gogol Bordello. Est-ce que ce groupe a été une influence lorsque tu as créé Palko!Muski ou lorsque tu joues de la musique ?

Baptiste : Pour être sincère, j’ai connu Gogol Bordello plus tard. Une fois à un concert, quelqu’un est venu me voir et m’a dit : « Whaoou, tu sonnes commes Gogol Bordello, tu les connais ? » Du coup, j’ai écouté ce qu’ils faisaient et je me suis dis : « Fuck, ils font exactement ce que j’aime ! »

 

J’étais très surpris que Palko!Muski vienne de Suisse. Comment avez-vous capturé ces sonorités, ces influences gipsy et balkaniques ?

Il y a beaucoup de réponses à cette question. D’abord, j’ai une âme russe enfermée dans un corps de l’ouest. La musique gipsy m’a toujours fascinée, depuis que je suis gamin. Ma mère écoutait beaucoup de flamenco. Ce qui me fascinait c’est que la musique gipsy pouvait être à la fois triste et heureuse en même temps. Et je trouve cette musique tellement rock  n’roll… bien plus que certains groupes qui se prétendent « rock ». Et cela avec des instruments acoustiques. Tu peux jouer cette musique partout et tout le temps.

 

Tu viens bientôt à Yverdon pour la fête nationale, dans le cadre de « L’Autre 1er Août » et aussi pour le Venoge Festival. Est-ce que tu remarques une différence entre le public suisse allemand et le public romand ?

Quelle pourrait-être la différence ? Je suis convaincu que lorsque les gens dansent ils sont semblables, peu importe d’où ils viennent. Pour moi c’est dur de répondre, car 2 de mes musiciens sont romands. Peut-être que les romands sont un peu moins réservés quand il s’agit de danser… De toute façon, j’adore jouer en Romandie, les gens sont très sympa et vous avez du très bon vin.

Est-ce qu’il y a quelque chose de particulier dans le fait de jouer le 1er août ? Ou c’est un jour comme tous les autres jours ?

C’est un jour où il y a un concert, donc c’est forcément un bon jour. Le reste ne compte pas. Si les gens sont spécialement heureux parce que c’est le 1er août et ben tant mieux. On trouve toujours des raisons pour faire la fête.

 

Vous avez la réputation d’être un groupe incroyablement puissant et énergique en live. La scène, les concerts c’est votre moyen d’expression favori ou vous êtes complétement barrés ?

Ce que je peux dire, c’est que ça vient de l’intérieur. C’est notre thérapie. Tu peux l’appeler « catharsis ».  Si tu ne deviens pas fou, tu n’es pas normal. C’est ce que Goran Bregovic dit et je crois que cela nous correspond bien.

 

Votre dernier album LAND OF EGO sonne un peu plus rock, qu’est-ce que tu peux nous dire sur ce nouvel opus ?

Tu as raison… Mais c’est un collage de moments instantanés. C’est rock, mais en même temps, on a essayé de donner quelques incursions pop. Je pense qu’il y a quelque chose pour tout le monde, même une reprise des Beatles. Il y a de la guitare électrique et de la clarinette. Je pense que c’est un mélange typique de Palko. Les genres de musique sont là pour être cassés, tu ne crois pas ?

 

Quels sont vos futurs projets ? Une tournée en Europe ?

Une chose est sûre, nous allons fêter nos 10 ans de carrière d’une manière ou d’une autre. Une tournée européenne est prévue en 2017, peut-être qu’on s’arrêtera en Amérique du sud, on ne sait jamais…


Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page