Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Navel

Navel

Interview


INTERVIEW Navel était de passage dans l’ancien cinéma
du Bourg à Lausanne pour présenter NEONOIR, son excellent et dernier album que
nos lecteurs ont eu l’occasion de découvrir sur Lords Of Rock. Rendez-vous était pris
le lendemain pour une interview dans la capitale vaudoise mais notre envoyé
spécial a dû faire face à la furia des éléments et à différents coups du sort.
Dès lors, tout le monde s’est prêté à l’exercice difficile de l’interview
électronique. A noter que le groupe jouera à la Case à Chocs de Neuchâtel le jeudi 24 mars.

"C’est aussi beau de déclarer: le rock
n’roll est là pour durer"

Lords : Lors de la confection de cet album, vous
avez rencontré de nombreuses difficultés (faillite de votre label), son succès
doit-être maintenant une jolie « revanche » ?

Steve : C’est chouette d’avoir finalement réussi, malgré toutes les
difficultés, à sortir notre second album. C’est aussi une preuve que tu dois
être patient pour réaliser certaines choses.

Comment a opéré l’évolution de votre musique entre
Néonoir et le premier album, beaucoup plus grunge ?

Steve : Nous avons essayé d’évoluer musicalement…C’est quelque chose
qui devrait probablement être naturel. Nous avons aussi voulu nous distancer un
peu du grunge et faire quelque chose de différent. C’est donc définitivement
notre premier album qui est plus grunge car maintenant c’est fini.

Est-ce que vos concerts aux Etats-Unis et votre
passage à Austin ont eu une grande influence sur le son de Neonoir ?

Steve : je ne suis pas sûr. Cela a définitivement une influence sur
nous en tant que personne, donc peut-être aussi une influence sur notre
musique. Mais je ne donnerai pas à cela trop d’importance, parce que chaque
chose que tu fais dans ta vie a un certain impact sur toi et donc sur ce que tu
fais. Il y a surement des événements dans ma vie qui m’ont plus influencé.

Et pour vos contacts avec des groupes comme Queens of the Stone Age ou Eagles of Death
Metal ?

Steve : C’est une vieille histoire et je pense que cela n’a rien à faire
avec Neonoir, mais c’était une belle chose de tourner et jouer avec des groupes
à succès comme eux.

Dans
votre nouvel album vous reprenez Neil Young et Townes Van Zandt. Ces artistes
ont-ils une signification spéciale pour vous? Ou est-ce uniquement les deux
chansons (« Rockin’ in the Free World », « Hunger Child Blues »)
qui ont un sens particulier à vos yeux ?

Jari : J’apprécie énormément le vieux folk très bluesy. Il y a
peu de songwriters qui peuvent écrire de bonnes choses sans te mentir : Townes
Van Zandt je peux le croire. C’est aussi beau de déclarer « le rock
n’roll est là pour durer ». Concernant « Rockin’ in the Free
World », c’est une hymne du rock mais on désirait la raconter encore une
fois. Tu penses que c’est très « grungy » ?…Nous pensons juste
que c’est brutal et vrai.

Quel est l’accueil de la musique de Neonoir durant
cette tournée ?

Steve : Je crois que l’accueil est bon ! Merci.

Et pour le futur de Navel ?

Steve : Je ne peux pas le dire. L’idée est de sortir un troisième
album dans moins de trois ans.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page