mardi , 26 septembre 2017
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Ladell Mclin en Interview

Ladell Mclin en Interview

I AM KING

INTERVIEW - En tournée en France actuellement, il revient tout juste d’une série de concerts qui l’ont amené à participer au festival Terres de Blues. Décrit comme un mix sauvage de Lenny Kravitz, Jimmy Hendrix et Buddy Guy ; vous excuserez du peu. Je reçois aujourd’hui Ladell Mclin en interview directement chez moi… Les privilèges d’être chroniqueur pour votre site rock n roll préféré !

 

Lords of Rock : Salut Ladell, je suis très heureux de te retrouver ici aujourd’hui, chez moi ! Comment vas-tu aujourd’hui ?

Ladell Mclin : C’est cool, je me sens bien !

Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu décrire qui tu es et ce que tu fais ?

Eh bien, je suis un bluesman de Chicago, née et élevé avec le blues. Comme mon ami Frenando Jones le dit, je viens du « Red Hot » Chicago, quand c’est rouge et chaud, c’est là le le vrais cœur du blues à Chicago. Il n’y avait pas tous ces styles de musique affiliés… c’était le blues et c’est tout, et c’est là qu’on pouvait rencontrer dans la rue Lefty Dizz, Albert Collins, tous les soirs en live il y a avait ces bluesman de légendes : Albert King, Junior Wells, Buddy Guy. Tous ces grands, et tous les jeunes talents du blues entrain d’émerger. Voilà, il y à eu ce moment où tu pouvais rencontrer tous ces gars dans Chicago, voir même ils étaient dans ton salon ! Parce que tu étais invité par la famille. C’est ça qu’on appelle Chicago « Red Hot », et j’ai grandi à cette époque-là.

Qu’est-ce qui t’a amené au blues au début ? Tu es né dans le South Side Chicago, la racine du blues électrique, est-ce que ça t’as aidé à découvrir le blues ; qu’est-ce qui t’as fait démarrer la guitare ?

En fait, je n’ai pas eu besoin de découvrir le blues ! Parce que je suis né dans le blues. On dit que chaque enfant noir est né des cicatrices de sa mère, et ces cicatrices c’est le blues. A cause de l’oppression aux états unis, et tout ce que les noirs ont vécus dans l’histoire. La connexion avec le blues est automatique. Que tu finisses par jouer du jazz, du rock ou peu importe, tu vas ressentir le blues. Il n’y a qu’à regarder BB KING, ou Ray Charles, qui sont nés dans les années 20. Ils ont vécus avec les lois de la ségrégation. Tu as forcément le blues quand tu vis comme ça. Donc, voici ma connexion avec le blues, car comme disais Willie Dixon « I AM THE BLUES », je suis le blues à cause de tout ça.
J’ai commencé en faisant de la batterie, mon père a accompagné
Howlin’ Wolf et Muddy Waters et mon frère a accompagné Willie Dixon, puis de fil en aiguille, Phil Guy, puis Buddy Guy, Junior Wells …. J’étais toujours fourré avec mon frère, à cette période je faisais de la batterie, mais la batterie n’était pas toujours à la maison puisqu’il l’utilisait lors de ses live. Puis, ma tante gardait une guitare à la maison, et là ça a été ma découverte de ma propre expression du blues par la guitare. C’est là que ça a vraiment commencé.

Avant de sortir tes propres albums, tu avais déjà travaillé avec des grands noms de l’histoire de la musique. Tu as fait partie du groupe de Koko Taylor, du groupe de Johnny ‘Guitar’ Watson, et tu as collaboré avec beaucoup d’autres. Est-ce que toutes ces expériences t’ont aidées à forger ton propre son, et faisaient-elles partie de ton chemin d’initaition au blues et au Rock ?

Oui absolument ! Tu sais, ce sont des légendes ! Quand j’ai entendus Koko Taylor pour la première fois j’étais un jeune gamin, et sa voix m’avait transpercée. C’était comme entendre une guitare, poussée à fond et pleine de disto, mais forte, pleine de Soul, et passionnée à la fois. Tant de couleurs ! J’étais genre … Waoh ! Un jour, elle sera une déesse. Et c’est ce qu’elle est ! Johnny Guitar, je l’ai rencontré au Buddy Guy’s Legend, il est juste arrivé comme ça sur scène alors qu’on jouait. Puis on a eu l’occasion de retravailler ensemble, il était un peu comme un exemple pour moi ! C’était juste énorme. Donc oui, tout ça, c’est l’initiation à l’esprit Rock et Blues.

Aujourd’hui, tu composes et écrit tes propres chansons. Quelles sont tes inspirations, and qu’est-ce que tu veux raconter avec tes chansons ?

Eh bien, j’écris mes propres paroles depuis que je suis enfant. Mes inspirations viennent de mon histoire, de ma vie. La plupart de mes inspirations viennent des femmes bien sur [rires], les femmes peuvent être une grande source d’inspiration. Parfois je peux avoir des inspirations plus cosmiques, mon premier album contiens le morceau UNIVERSE, c’est une instrumentale ou on s’est laissé aller. Et finalement, on à trouver des inspirations très cosmiques pour écrire cette musique. On est tous une partie de l’univers, et je laisse ma musique être une partie de cet univers. Certaines chansons, parlent de qui je suis, de ce que j’ai appris, et de ce que je ne veux pas apprendre [rires]. Personnes ne veux apprendre et découvrir ce que c’est la douleur d’un cœur brisé. De manière générale j’écris sur la vie, et ce qu’il se passe autour de moi.

J’ai pour habitude de demander aux musiciens de blues que je rencontre si ils aiment jammer sur scène. Mais dans ton cas, tu as rencontré Buddy Guy, une de tes plus grandes inspirations à la guitare, tu as joué avec Bono de U2, et tu as jammé sur scène avec beaucoup de grands noms du blues, notamment lors du Montreux Jazz Festival ou tu as joué avec Dereck Trucks & Susan Tedeschi, Robert Randolph, et bien sur, avec BB KING lui-même.
Alors, pour toi, quel a été le meilleur moment à partager la scène. Et qu’est-ce qui l’a rendus si special ?

Alors, je n’ai pas joué avec Bono. Nous avons joué le même soir sur la même scène, mais nous n’avons pas joué ensemble. Cela dit, je l’ai rencontré en backstage et on a pu discuter. C’est un mec super. Bon, le Jam sur scène avec BB KING, Santana, Robert Randolph et tous les autres, c’était un moment magique. On faisait tous une dédicace à BB KING, juste, d’être là, en son honneur, à pouvoir jouer avec lui. Tout était super. Le soir même, avec John McLaughlin, Santana, Susan et Dereck, nous nous sommes retrouvés pour Jammer sur une plus petite scène. C’était après le show ave BB, et là c’était le vrai jam de folie, qui a été un moment très fort. Ça c’était le meilleur jam de ma vie. Il y a aussi un live, au Buddy Guy’s Legends à Chicago, On était en train de jouer avec le groupe. Buddy Guy lui-même nous regardais, il a finis par monter, nous rejoindre sur scène et me dire « continue de jouer mec ». Ça c’était un autre grand moment.

Un autre très grand moment, c’était avec Lefty Dizz, j’avais 12 ans, je réglais la batterie de mon frère sur scène. Il a apporté son matos, son ampli, sa guitare, il a tout reglé. Puis il me dit « Aller mon gars, joue ! », Lefty Dizz est gaucher, donc j’ai pris sa guitare et j’ai retourné simplement sa gratte. J’ai mis un coup de mediator et là mon gars… putain, c’était magique ! Le son, le volume, les couleurs, « boom » ! Mais tu sais, je pense que c’est comme ça qu’ils passent l’esprit et le message du blues. Ce n’est pas en restant assis, et a devoir découvrir comment ils font. Non, ils te laissent être avec eux, autour d’eux, voir comment ça se passe. Ils te laissent découvrir, apprendre, passer, diffuser et partager à ton tour le message.
C’est comme ça qu’ils font !

Il y a eu plein d’autres Jam et partages de la scène avec des grands, je pense que j’ai cité les plus grands moments-là. J’ai joué avec Lucky Peterson à Paris il n’y a pas longtemps, c’était encore super, on a joué des vieux blues de Chicago que plus personne n’écoute aujourd’hui.
Voilà, c’était super !

Ton TOP 5 des meilleurs guitaristes ?

Niveau Guitaristes, pour moi il y a toujours eu :

  • Jimi Hendrix
  • Albert King
  • Buddy Guy
  • Prince

et ensuite, il y une sorte de “Three Way tie”, une égalité à 3 pour :

Eddie Hazel, Ernie Isley et Steevie Ray Vaughan

Je ne sais pas me décider. Mais les 4 autres, bien sûr méritent les premières marches de ce top. Ils sont tous juste … Waoh ! Par exemple, Buddy Guy, c’est peut être LE meilleur guitariste de tous les temps !

Nomme 1 album que tout le monde devrais avoir écouté au moins une fois dans sa vie. Celui que tu prendrai avec toi dans ta tombe ?

Band of Gypsys – Jimi Hendrix

Est-ce que tu as un Saint Graal du materiel musical ? Un micro, une guitare, un ampli vintage que tu ne pourras jamais avoir ?

Non, tout simplement parce que si tu te met à rêver d’un ampli, d’une guitare, ou autre, ça sonne complètement différemment une fois que tu l’as ! La guitare que j’aime vraiment c’est ma Parker, c’est ma guitare de rêve, vraiment. Puis j’aime beaucoup le son, et je joue sur des Marshalls ou des Oranges, et il y a des sons différents, pour des raisons différentes, et à des moments différents. Les Micros, je laisse ça au mec qui gère le son, que ce soit pour la voix ou la reprise d’ampli. J’aime les HP 12 pouces, pour avoir un gros son. J’aime le gros son [rires].

Quel est ta boisson ou ton alcool favori ?

Du thé ! Ou de l’eau ! J’aime beaucoup l’Orangina ! Je ne bois pas d’alcool simplement.

Qui sont les groupes que tu ne cesseras jamais d’écouter ? Les groupes qui pour toi, sont essentiel de faire perdurer ?

Je n’arreterai jamais d’écouter du Bob Dylan !! Aujourd’hui j’écoutais TANGLE UP IN BLUES de Bob Dylan en vinyle, c’est très très bon. Je n’écouterai jamais d’écouter Robert Johnson non plus, et biensur Hendrix ! J’écoute beaucoup de classiques du RnB et de la Soul, c’est la musique avec laquelle j’ai grandi tu sais, Curtis Mayfield, Earth Wind and Fire… Ca s’appelais le Rhythm and Blues, mais c’est vraiment la foundation du Rock n Roll !

Et donnez-moi du Nina Simone et du John Coltrane pour le Jazz !

Qui sent les groupes que tu écoutes aujourd’hui, par ça j’entends, les nouveaux groupes ?

J’écoute beaucoup de nouveaux groupes ! J’aime beaucoup les Black Keys, Gary Clark Junior, Alabama Shakes, ces gars, ils prennent le Blues et la Soul et ils en font quelque chose de très actuel, c’est cool. J’écoute beaucoup les Red Hot Chili Peppers.

Quel genre de vie, quel genre de boulot tu aurai fait si tu n’étais n’étais pas devenus musicien ?

Si je n’étais pas devenu musicien ?? Je serai certainement devenu un gros cerveau du crime ou quelque chose comme ça. [rires] J’aurai peut-être travaillé dans la technique, j’ai toujours été bon avec mes mains. Pourquoi pas ingénieur, j’ai fait des études pour développer des plans. Mais franchement je ne m’imagine pas pouvoir vivre longtemps sans faire de la musique, ou participer de prêt ou de loin à ce qui se passe sur la scène musicale.

Déjà 3 albums sont disponibles, STAND OUT, SINGLES, et le dernier en date I AM KING, et tu as realisé un album tout acoustique, proche des racines du blues, disponible uniquement sur internet. C’est un travail constant ? Tu travail toujours sur de nouvelles compositions ?

Oui, il y a également un album qui s’appelle LIVE AND LAZY, uniquement disponible aux états unis mais qui est maintenant en rupture de stock.
Et bien sûr, j’écrits toujours, d’ailleurs hier j’ai écrit une chanson. Du pur Blues, quand il s’agit de ce style musical, il ne faut pas vouloir écrire la chanson, c’est elle qui s’écrit toute seule. A partir du moment où on a quelque chose à raconter, il suffit de laisser raconter l’histoire.

Tout ça c’est seulement du blues, ou tu souhaites essayer des nouvelles choses ?

Eh bien oui, j’essaye plein de trucs. Il faut se frotter à tous les styles pour évoluer. A mon gout, je n’ai pas assez fait de Jazz, j’aimerai bien me mêler un peu plus à ce qui se passe dans le Jazz pour m’inspirer. J’ai eu plusieurs occasions de jouer avec des Jazz, saxophonistes de New York, membres d’orchestres de Jazz etc… Mais j’aimerai vraiment un jour faire une réalisation dans ce genre. Tu sais, frapper à cette porte, entrer tranquillement, et voir ce qui se passe ! Même si je sais bien que je ne suis pas un Jazzmen, le Blues et le Jazz sont parfois très proche. Pour I AM KING, j’ai réalisé un morceau avec des violons, avec une approche plus classique. Il y a un autre morceau, qui n’a pas pu faire partie de l’album, qui était vraiment écrit comme une composition de musique classique. Avec des violons, mais aussi du sitar, et des instruments comme ça. J’aimerai pouvoir la sortir avec le prochain album, mais pour ça il faut que je peaufine le coté composition classique.

Du nouveau pour 2016 et 2017, album, tour, concerts ?

Un nouvel album ! Je travaille sur un projet qui s’appelle BLUES FOR MANDELA, on est plusieurs à travailler sur cet album. On espère le sortir avant la fin de l’année. Je travaille également sur le prochain album solo, qui est en cours de composition.

Eh bien Ladell, je te remercie pour ton temps, c’était une interview très riche ! Merci beaucoup !

Merci à toi, c’était très cool !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page