Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Hozier au Stravinsky

Hozier au Stravinsky


Auditorium Stravinsky, Montreux (CH), mardi 23 février 2016

REVIEW - Song of the Year (BBC Music Awards 2015), Top Rock Artist et Top Rock Song (Billboard Music Awards 2015), nomination aux MTV Europe Music Awards et aux Grammy Awards : il est rare que Lords Of Rock se penche sur un artiste aussi mainstream. Mais Hozier force le respect grâce à sa voix incomparable ainsi qu’à sa faculté à écrire des chansons dont vous ne pourrez plus vous défaire.

On l’espérait au Montreux Jazz, on l’attendait à Paléo, c’est finalement par une morne et pluvieuse soirée de février qu’Hozier dépose sa gratte et son ampli au Stravinsky pour son premier concert suisse. L’irlandais n’a eu de cesse de dire à son public combien il était heureux de jouer ici et à quel point nous étions chanceux de disposer d’une telle salle. C’est vrai qu’elle a de l’allure cette enceinte et une acoustique magnifique. Il fallait au moins ça pour rendre justice à la voix exceptionnelle de cet artiste inclassable. La qualité incroyable du son, d’une netteté absolue, conjugué aux compositions entêtantes du songwriter ont tôt fait de réchauffer les cœurs en cette froide soirée hivernale.

Sur scène, ils sont 6, dont deux choristes qui amènent une petite touche soul à l’ensemble, pour épauler l’irlandais. La quasi intégralité de son premier album y passera, agrémenté de deux reprises dont l’une de David Bowie. L’excitation du publique, aisément mesurable au nombre de smartphones brandis, atteint évidement son paroxysme pendant le refrain de Take me to Church. De notre côté, on préfèrera It Will Come Back pour ses riffs blues, Angel of Small Death and the Codeine Scene qui ouvre le concert, To Be Alone et son refrain aérien ou Sedated. Les rappels donneront encore Cherry Wine en solo et Work Song pour terminer un superbe concert d’une heure vingt de pur plaisir.

Un artiste rare, un son magnifique et des lumières très travaillées voilà les ingrédients d’une prestation intense qui aurait dû se dérouler dans une salle comble, voilà peut-être le seul bémol de la soirée. A noter encore qu’Hozier se fera plus discret dès la fin de cette tournée européenne afin de travailler à son second album, exercice toujours périlleux pour qui a connu un succès immédiat.

 

 


2 commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page