Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Didier Wampas en Interview

Didier Wampas en Interview


Le 25 Février 2017, La Batterie, Guyancourt (FR)

INTERVIEW - Le 25 Février, c’est à la Batterie de Guyancourt, que les Wampas se sont produit pour la sortie de leur nouvel album : EVANGELISTI. Une bonne occasion d’aller poser 2/3 questions au Roi !

Lorsque j’arrive, Alain le régisseur, me guide jusqu'à la loge du groupe. J’y retrouve Didier entrain de changer les cordes de sa guitare ! On se salue, je m’installe et on démarre…

LordsOfRock : L ‘album « Les Wampas vous aiment »…
Didier
 : Oulah..
LOR : …commence avec cette phrase : « Tout à fond! le rock c’est tout à fond » est ce toujours le cas aujourd’hui?

Didier : oh oui oui oui oui ! C’est tout à fond il n’y a pas moyen de faire autrement ! Il y a intérêt oui !

 

LOR : Trois ans après «  les Wampas font la gueule » vous venez de sortir Evangelisti : dans quel état d’esprit s’est écrit cet album ?

Didier : Tout le monde dit trois ans mais ça doit pas faire tout à fait trois ans..enfin bref peu importe..Sinon c’est comme d’habitude, il n'y a pas d’état d’esprit. On écrit des chansons, on les répète, on les enregistre mais il  n'y a pas de concept album quelqu’il soit. On essaye d’enregistrer le mieux possible, il n’y a aucune règle.

 

LOR : Du coup les Wampas d’aujourd’hui sont plus regardant sur les sons et autres arrangements  que les Wampas du début?

Didier : On essaye de faire les choses à peu près bien mais ça veut dire quoi bien ? Tu vois c’est toujours un peu difficile ! Quand t’es en studio tu ne sais pas comment ça va sonner.  Alors tu essayes de jouer les morceaux de voir comment ça tourne. Mais j’en sais vraiment rien en fait, les studios je n'y comprends toujours rien, de comment ça marche. C’est chiant d’ailleurs et c’est pas toujours « tout à fond » le studio. Il y a toujours des gens pour te dire «  oh nianiania » mais  bon sur scène au moins on fait ce qu’on veut. En studio tu ne fais jamais vraiment ce que tu veux, tu vois c’est toujours un peu réfléchi mine de rien, c’est pas sur l’instant. Sur scène je peux faire n’importe quoi personne ne peut m’arrêter tu vois. Je peux foutre la reverb à fond et qu’est ce que tu veux dire ? Sur le moment personne ne peut t’arrêter, en studio c’est pas le cas et c’est ça qui est un peu chiant. Faut toujours revenir dessus mais bon on essaye au maximum de faire n’importe quoi. Mais ce n'est pas évident de faire n’importe quoi en studio…c’est comme changer ces putains de cordes ! Putain pourquoi ils ont besoin de faire ça ? Un trou en bas, il faut remonter la corde…c'est des malades les mecs qui font ces trucs…regarde ! Bref, sinon en studio tu as le producteur derrière…

 

LOR : Des fois il te dit non pour certains trucs ?

Didier : Non ce n’est pas vraiment « non ». Ils ne te disent rien des fois, ta voix ils te la passent dans les machines et toi tu n’es pas au courant. Enfin ça c’est chiant quoi !

 

LOR: Tu as moins de regard sur ce que vous faites ?

Didier : Ouai voilà ! Quoique, moi j’m’en fous j’y connais rien en studio ! Mais bon ça s’passe bien quand même généralement, on est content du disque.

 

LOR : Pourquoi cet hommage au jouteur Aurélien Evangelisti ?

Didier : Et bien parce que j’ai déménagé à Sète fin Juillet et j’étais aux Joutes à Sète quand il s’est fait éliminer cet été et c’était un moment tellement fort que j’ai décidé de lui rendre hommage. On l’a éliminé à mon avis d’une manière injuste et du coup je me suis dis voilà je vais appeler l’album EVANGELISTI pour le venger.

 

LOR : Ça aurait pu s’appeler Robert Marchand ?

Didier : Robert Marchand, oui bien sur mais au début je voulais l’appeler : "Même les plus grands on un moment de faiblesse ». Et puis quand j’ai vu le nom Evangelisti je me suis dis qu’il avait un nom qui tue, du coup j’ai gardé Evangelisti. Mais Robert Marchand pourquoi pas ? Mais ça sonne moi bien ! (rire)

 

LOR : Avec le titre "Sans aucun remords" tu casses un mythe… Comment ça t’es pas le roi ?

Didier : Et non hélas. Si ! Sur scène je suis le Roi, je suis le plus fort, je suis Superman sur scène, mais sinon non. Tu vois j’arrives même pas à changer mes cordes..putain…(se concentre sur la corde). Donc ouai je ne suis pas le roi, tout est faux, tout est faux…c’est un gros mensonge..(rire)

 

LOR : Je me suis dis comment il a fait pour nous mentir comme ça…

Didier : Ouai je vous mens depuis des années (rire)

 

LOR : J’ai lu que le punk dans ta jeunesse t’avait motivé à en faire. Si tu étais jeune aujourd’hui qui pourrait t’inspirer ?

Didier : Alors là j’en sais rien du tout, peut-être que ça serait pareil je découvrirais les Ramones, mais sur la musique d’aujourd’hui je sais pas…OH bordel (il s ‘énerve sur ses cordes)… Non mais je ne sais pas du tout, si j’avais 15 ans aujourd’hui j’écouterais surement OUI FM avec du rock un peu pourri et ça me donnerait envie d’écouter du rock un peu mieux.

 

LOR : Est ce que t’es nostalgique de la période Sattelites, Souris déglinguées, Berrurier Noir ?

Didier : Non c’était marrant c’était une bonne époque j’ai bien aimé mais je ne suis pas du tout nostalgique de rien du tout. Ah si ! Je suis un peu nostalgique du temps où quelqu’un me changeait mes cordes, quand Phillipe me les changeait !

LOR : Y a t’il un morceau des Wampas qui vous sort par les yeux ? Que vous n’avez plus envie de jouer ?

Didier : Oooh non sinon on ne le ferait pas. Si ça me faisait chier de jouer « Petite fille » ou « Noël » je ne les ferais plus. Y’en a pleins qu’on ne fait plus. Y’en a pas beaucoup qui tiennent 20 ou 30 ans. Tu vois Manu Chao, ça me fait toujours plaisir de la jouer, ça fait plaisir aux gens et puis à partir du moment où ça m’amuse, c'est bon.

 

LOR : Un unplugged des Wampas ça serait possible ?

Didier : Ohh pfffff. Bon s'il le fallait ouai. Mais en soit, non ce n’est pas bien un unplugged. Quoique je dis ça mais si un jour on me proposait, moi je m’en fou de faire n’importe quoi mais à priori non. Tu vois l’Unplugged de Nirvana, c’est le seul truc de Nirvana qui passe à la radio aujourd’hui. Mais bon est ce que c’est bien ?

 

LOR : parce que c’est le plus facile à écouter

Didier : ouai voilà et c’est qu’après on va te passer que de l’unplugged et ce n’est pas dans l’esprit.

(Toujours en galère avec sa corde) Putain mais pourquoi ils ont fait ça ils sont vraiment cons ! Elle coute 138€ et les mecs ils se sont dit "ils la payent moins cher que les autres on va les emmerder quand ils changent leur cordes" ! Faut passer dans le trou et remonter la corde c’est une merde je te jure regarde le système à la con qu’ils ont fait ! Mais ça coute que 138€ et ça c’est bien rock n’ roll ! Tiens tu ne veux pas essayer toi t’es jeunes, t'es beau, t'es intelligent, doué (rire).
Didier me tend sa guitare et me voilà à lui changer sa corde !
Didier : Pourquoi ils ont fait ça ? Il faut vraiment être con hein !
LOR : C’est vrai que…
Didier : (Rire)

 

LOR : Ce soir, cap de jouer "Ver de terre"?

Didier : Oulah non! Y a plus personne du temps où on la jouait à part Nico et moi. Si, il y a Effello qui doit la savoir, il connait toutes les chansons de Wampas, il connait mieux les chansons que nous d'ailleurs! Mais je crois que Jean-mi ne l'a jamais joué et Tony non plus d'ailleurs, donc ça ne va pas être évident ! Mais des fois on se dit : " faudrait refaire des anciens morceaux" on a déjà du mal à jouer les nouveaux et à ne pas faire de "pains", Surtout moi.

Il est alors appelé pour terminer la balance…je reste seul quelques minutes dans la loge et termine le changement des cordes, puis on vient me chercher pour aller les regarder! Sympa!

On se quitte sur une petite photo et le groupe se prépare pour une seconde interview ! Le soir, sur scène, Didier a prouvé une nouvelle fois, qu'il était encore et toujours, le Roi !!!

 


Un commentaire

  1. Une bien belle interview, bien rock and roll et même un peu sur la corde raide !
    Didier est cet éternel gai luron poète et tellement libre, c’est ça le rock and roll !
    kiss

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page