Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Death Cab For Cutie – Live au Komplex 457

Death Cab For Cutie – Live au Komplex 457

Live in Zurich

Komplex 457, Zurich (CH), mardi 5 juin 2012

REVIEW - Pour leur retour sur le sol suisse après plus de six ans d’absence, Death Cab For Cutie a livré une performance qui restera gravée dans la mémoire des fans présents le 5 juin à Zürich. Reprenant des titres de six de leurs albums, alternant avec brio morceaux énergiques et ballades romantiques, versions électrique et acoustique, les quatre de Bellingham aiment jouer et partager leur musique.

On a toutes et tous des groupes avec lesquels on vit des histoires particulières, des groupes que l’on suit assidûment, pour lesquels notre jugement musical n’est plus très objectif et dont on collectionne les albums. Death Cab for Cutie est pour moi un de ces groupes-là. Alors, quand j’ai entendu que leur tournée européenne les amenait enfin en Suisse il fallait que j’y sois et que je les voie en live.

La salle du Komplex 457 n’était pas comble mais le public était composé de connaisseurs (parsemé de quelques midinettes, effet Twilight peut-être), comme l’a montré l’arrivée saluée de Ben Gibbard et ses acolytes Chris Walla, Nick Harmer et Jason McGerr. Le quartet américain démarre en douceur et en accoustique avec "Lack of Color" suivi de "I Will Posses Your Heart" qui a fait monter la température d’un cran. La salle étant donc prête pour "Crooked Teeth" et son rythme joueur.

Alternant quelques titres qui bougent bien (et pour Ben et Chris presque autant de guitares différentes que de morceaux), Death Cab for Cutie poursuit dans une ambiance plus intimiste avec l’excellent "Summer Skin", et donc Gibbard au piano, mais surtout la ligne de basse incroyable d’Harmer. Puis les lumières se baissent, Gibbard s’approche du devant de la scène, seul avec sa guitare sèche et interprète "I Follow You Into The Dark". Le public a à peine le temps de se remettre que les premières notes de "You Are A Tourist" résonnent.

Les morceaux s’enchaînent, à peine ponctués par quelques timides « Thank you Zürich », le groupe préférant véhiculer des émotions avec sa musique. L’heure des rappels et du dernier morceau sonne et le groupe termine par une chanson de circonstance pour leur tournée sur le vieux continent "Transatlanticism" « I need you so much closer », chante Gibbard, et là, le public aimerait sûrement qu’ils soient plus près pour les écouter plus souvent.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page