dimanche , 18 février 2018
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Bilan 2017

Bilan 2017

Le choix des chroniqueurs

FLASHBACK - Si jamais tu as eu une longue période d'hibernation depuis janvier dernier, voilà de quoi te remettre à niveau en quelques minutes.

Lectrice, lecteur, toute l'équipe te souhaite joie et amour pour cette année à venir. Pour bien démarrer 2018, on fait un point sur ce qu'il s'est passé en 2017. Et pour une fois, on change la méthode : confortablement installés dans leurs canapés respectifs, les membres de la rédac' de Lords of Rock se sont entretués à distance sur une conversation de groupe, et ça a donné ce qui suit. Bonne lecture, et on embrasse ceux qui n'ont pas pu participer au brainstorming.

Damien : On démarre ! Allez Lisa, dis nous quel est ton meilleur album de 2017 et persuade nous (si c'est Gorillaz, il va falloir trouver des arguments solides).

Lisa : Pour moi le meilleur au sens bon/addictif/émouvant c'est… l'album de Kasabian. Je sais ce n'est pas le meilleur (ni leur meilleur) mais il est touchant, revient aux bases du groupe et donne le sourire. Le single « bless this acid house » m'a donné l'envie de chanter et danser. Et non ce n'est pas « Humanz » de Gorillaz mon chouchou (qui est bon dans les titres bluriens… hormis LA chanson de l'année). S'il faut un 2e… le Grizzly Bear…

Damien : J'avoue que j'ai plus accroché que sur le précédent qui était trop électro-pop à mon goût. Meighan et Pizzorno ont eu raison de procéder à un retour aux sources.

Lisa : Tout du Sergio… Mais « 48:13 » était sympa sur scène… celui-là aussi !

Dorine : Moi qui ne suis pas fan d'albums entier de pop/rock, j'ai trouvé le dernier Kasabian assez entraînant mais j'ai des préférences au genre plus folk. Pour ma part j'ai adoré le dernier album de Celkilt, « Stand ».

Damien : Donc des rouquins en kilt qui jouent de la flûte traversière ?

Lisa : On ne se moque pas des gens en kilt !

Jérôme : Nan mais en fait si vous voulez écouter de la vraie musique, du guitar hero à la pelle, des riffs qui dépoilent et du feeling blues rock comme on en fait plus, le dernier album de Walter Trout c'est tout simplement le best of 2017 ! Un guest de niveau international par piste (Joe Bonamassa, Kenny Wayne Shepherd, Warren Haynes). Des grands classiques qui tutoient des nouvelles compositions purement classieuses. Walter Trout "We 're all in this together"… album de l'année ! Il y a tout ce qu'on aime sur cet album. Et il n'y a pas de kilt en plus !

Dorine : Je n’écoute pas s’il n’y a pas de kilt.

Damien : On accueille Dave dans le débat les amis.

Dave : En fait, je peux débattre sur les choix déjà prononcés ? C’est ça l’idée ? Ou j’attends mon tour sagement ?

Dorine : Bah non le but c’est le débat. Sinon chacun ferait son article dans son coin. On t’écoute.

Anthony : Tu veux débattre sur le port du kilt Dave ?

Lisa : Jérôme, je viens d'écouter quelques titres de Walter Trout… quelle voix, mais surtout, belles paroles.. « Haunted by the night” est magique… Merci !

Jérome : Fuck yeah ! Et alors quand tu sais que le mec a frôlé la mort il y a un an, et qu'il a dû subir une transplantation de foie, sur les dons de ses fans, et qu'un an après, il est de retour en tournée et se permet de faire le genre d'album qui marque l'histoire du rock… ben… c'est RESPECT Monsieur Trout !

Lisa : En plus, c'est de la musique pour les fans de foot (cf. Kasabian) mais pour de la musique de stade.

Dave : Ha c’est pour ça que je ne suis pas foot du tout. Ça me réconforte dans mon choix.

Jérôme : Gary Moore reste le fucking boss ! No comment ! J'adhère totalement (à tel point que j'ai une Gibson signature Gary Moore), ça oui !

Marie : De mon côté je retiens Bon Iver mais il m'a fallu plusieurs écoutes pour l'apprécier, puis l'adorer ! Il contrastait pas mal avec le reste de sa carrière et j'ai été plutôt surprise.

Anthony : Pour certains disques, où la mélodie n'est pas trop vite entêtante, il me faut au moins 10 écoutes pour apprécier et apprivoiser les morceaux. Ça m'a souvent fait ça avec Pearl Jam, QOTSA, Maiden ou Radiohead.

Dave : Ne mélange pas Radiohead aux petits autres.

Lisa : Pour Radiohead, c'est une évidence depuis le 3ème album, et ça m'a fait ça pour certains artistes aussi. Radiohead est un peu intouchable, en fait.

Anthony : Avec le punk, c'est plus rapide pour apprivoiser les morceaux au moins. Concernant l'album de l'année, j'en donne finalement deux : « Death Song » des Black Angels et « Villains » de QOTSA. Du rock psyché et du stoner ! Ce ne sont pas leurs meilleurs albums respectifs, mais ça reste vachement bien.

Lisa : Perso cette année, hormis Grizzly Bear qui m'a surprise, c'était bien mais pas révolutionnaire. Je suis d'accord avec Anthony, bons albums mais pas les meilleurs.

Anthony : Et en rock français, Mademoiselle K et Saez (dédicace pour mon poteau Dave) sont incontournables.

Dorine : Mademoiselle K, son dernier est pas mal mais pas transcendant.

Anthony : C'est un concept album, je le trouve fabuleux, très touchant en fait.

Lisa : Je n'ai pas accroché… encore.

Lisa : D'accord pour Saez… si je dis Daho, je sors ?

Anthony : Daho fait partie de ces gens qui deviennent hyper crédible avec l'âge.

Lisa : Moi Daho c'est depuis « La Notte, la Notte » (oui, je suis un dinosaure).

Damien : Mon album de l'année c'est "Return to the 37th chamber" de El Michels Affair aka Leon Michels, un mec de Big Crown pote avec Lee Fields, Menahan Street Band, les Black Keys, Charles Bradley, Wu-Tang Clan et qui brasse tout ça pour en faire un album quasi uniquement instrumental. Une pépite de blues, funk, hip hop, blues-rock.

Sédastian : Pour moi, il y a 3 albums à retenir en 2017. « Will to Power » de Arch Enemy (leur deuxième album avec Alissa White-Gluz qui s'affirme clairement) ; le premier opus de Beast in Black, qui est une alternative masculine à Battle Beast ; et enfin « Ritual », le petit dernier de In This Moment, sur lequel Maria Brink jette quelques sorts.

Dorine : Il bosse bien le petit. J'ai vaguement vu passer du Beast in Black dans mon flow Deezer mais je ne me souviens pas du style.

Sedastian : C'est du Véronique et Davina version métal. Le ringard 80's assumé.

Anthony : Ça va plaire à Lisa, du ringard 80's.

 

Damien : On passe à la chanson de l'année. Lisa ?

Lisa : Tadaaa : « Saturnz Barz » de Gorillaz.

Dorine : Dans mes plus écoutées cette année je dirais « Fenêtres de La Belle Bleue ». Mais Dave ne connaît pas je suppose.

Lisa : Je ne connais pas non plus.

Jérôme : « Kammthar » de Ultra Vomit pour moi ! Parce que Fuck Yeah !

Marie : Je passe mon tour pour la chanson, je reprendrai pour la découverte de l'année.

Sedastian : « Walk on Water » de 30 Seconds to Mars.

Lisa : Je ne connais ce groupe que pour la mauvaise raison.

Sedastian : C’est vrai qu’il est fondant, mais derrière le minois il y a de la vraie musique quand même.

Lisa : Je suis assez vieille pour l'avoir vu commencer sa carrière, on a quasiment le même âge, sa musique est bonne. C'est un artiste assez complet, dans la lignée de River Phoenix.

Damien : Instant émotion. Pour moi ça sera "Noise Pollution" de Portugal the Man, groupe que j'écoute depuis 7/8 ans mais qui n'a été vraiment découvert en France que cette année grâce au morceau "Feel it Still". Aucun autre titre des albums précédents ni même du dernier n'ont été diffusés dans l'hexagone et c'est bien dommage, parce que "Noise Pollution" a été écrite juste après les attentats du Bataclan. Je vous invite à écouter cet hommage qui fout bien le moral à zéro.

Dave : Oui suis d’accord avec toi c’est un joli titre. Et tu m’émeus, je trouve dommage qu’on ait pas reçu l’album car on a chroniqué leur première galette quand même ! J’ai une préférence pour « Feel it Still », bien rythmé et de bon arrangements.

 

Jérôme : J'ai un de ces trucs de malade pour la découverte de l'année ! Ça va péter sa race. Ça va être "fuck yeah" ça aussi.

Dorine : Allez vas-y.

Jérôme : Greta Von Fleet ! Rien de plus. Tous, staff, public, tapez Greta Von Fleet sur Google et laissez vous aller. La musique n'a pas vu ça depuis la fin des années 70. Et oui, la réincarnation musicale… c'est possible avec cet EP "From the fire" de Greta Van Fleet, aussi appelé Gret Zep. #micdrop

Lisa : Pas mal… ça envoie…. cela me semble familier aux oreilles quand même. Je m'en tiens aux Strypes côté posterboys.

Jérôme : C'est que le début pour ces petits gars. Ils seront sur beaucoup de posters dans beaucoup de chambres de rock boys.

Jérôme : C'est Led Zep réincarné avec un goût de nouveau, sans reprises, et un visage de minot pour autant de talent que les pionniers du hard rock. Je dis respect, et à suivre à la culotte ! Je demande la priorité pour une accred' dès leur prochain passage en France.

Damien : Effectivement c'est pas mal Greta !

Lisa : On suivra donc.

 

Damien : Passons maintenant à la révélation/artiste de l'année.

Marie : Tash Sultana ! Nana de 22 ans surnommée la « one woman band », je vous laisse découvrir pourquoi..

Anthony : Pour moi la révélation de l'année c'est le groupe, Equipe de Foot. Un duo français (Bordeaux) qui navigue entre grunge, pop et bon rock qui tabasse. Leur premier album, CHANTAL, est une vraie réussite, tous les titres ont ce petit quelque chose qui te donne envie d'écouter et de réécouter l'album.

Lisa : Idem pour moi, Equipe de Foot pour la révélation. Artiste de l'année., The Strypes, « Spitting Image » est un bonheur. Sinon surprise détonnante de l'année : La Piéta.

Damien : Portugal the Man donc pour moi.

 

Dorine : Voyons maintenant quel est votre concert de l'année.

Lisa : Glastonbury, quasiment tous. Pas les plus grands présents (les plus connus) mais de belles prestations, et un côté hors du temps… Glaston, donc ! Mais du coup, je dirais celui de Radiohead et des Foo Fighters avec mon coup de coeur (depuis des années), Circa Waves.

Dorine : Pour moi, c'est le grand retour d'Un air deux familles ! L'association des Ogres de Barback et des Hurlements d'Léo, une vingtaine de personnes sur scène, une ambiance de folie.

Jérôme : Jonny Lang en live. Un concert qui fait du bien à voir !

Lisa : Idem, vu à Marseille. Très bon mais le public était moyen.

Jérôme : Ah ouais tu l'a vu à Marseille ! P'tain Lords of Rock était présent à 3 dates des 4 dates de sa tournée française alors. C'est bien, on est présent où il faut quand il faut (PS, trop bien son show, je l'ai rencontré en itw aussi, c'est un mec super sensible et très cool)

Lisa : Oui, je l'avais rencontré lors de sa tournée UK pour « Lie to me »… il était adorable..

Jérôme : Wah Lisa, pour « Lie to me » ! C'était il y a 20 ans ça…

Lisa : vu que je suis un dino, j'ai même croisé en backstage Kurt Cobain à Reading.

Jérôme : Boooooooooooooooooooooum ! La ultimate classe. Avoir été à quelques mètres de Kurt. .. ça fait +1 point de charisme pour toi Lisa.

Lisa : L'avantage d'être vieux (enfin, relatif..) c'est qu'à l'époque (90/91/92/93) on pouvait croiser en backstage des groupes naissants sans sécurité, sans attachés de presse, ni groupies hystériques. En parlant de charisme, Cobain en avait à revendre sur scène, sans le savoir en plus… tout le monde était captivé par lui.

Jérôme : Ouais, j'imagine bien. Un mec comme ça, sur scène. .. un Lord of Rock ! Un vrai. Ça devait être quelque chose.

Damien : Moi mon meilleur concert c'est Nick Waterhouse au Café de la danse. Ambiance cosy mais le mec est ultra talentueux… Malgré avoir accepté d'être repris par Offenbach.

Anthony : Le meilleur concert pour ma part est celui des Mystery Light au Romandie de Lausanne. Une ambiance intimiste, électrique, sauvage et diablement rock n'roll. En Open Air, je vais quand même citer les Guns n' Roses… Même si le concert a eu un peu de peine à démarrer (ambiance moyenne, Axl qui peine à trouver sa voix), au fil des chansons ce fût tout de même une belle soirée et une replongée dans le temps. N'ayant pas eu la chance de voir les Guns durant la belle époque, cette séance de rattrapage version 2017 aura eu le mérite d'exister, ce qui n'est déjà pas si mal au vu de l'histoire du groupe.

 

Damien : Il reste le flop de l'année les enfants ! A toi Dorine.

Sedastian : Le top événement de l’année (qui est en fait tragique) c’est la mort de Chester Bennington cet été. Irremplaçable.

Lisa : Bennington, RIP of course.

Dorine : Gros coup de massue lors de cette nouvelle. J'hésitais à voir le groupe en live et ce ne sera plus vraiment pareil. Ah aussi la mort de Twistos d'Elmer Food Beat ! Deux gros flops.

Damien : Bon pour moi ça sera la disparition de Charles Bradley, j'étais à Châteaudun quand je l'ai appris (aucun rapport), encore un que je ne verrai jamais.

Jérome : Le flop de l'année pour moi c'est Popa Chubby – « Two Dogs »… un air de déjà entendu, voir réchauffé… vivement le Chubby 2018 !

Marie : Même flop que Damien.

Lisa : Le flop… Coldplay, encore. Sinon, Tom Petty et Fats Domino… RIP mates.

 

Damien : Merci à tous, et on se retrouve l'année prochaine, si toutefois nos lecteurs sont encore là malgré l'amour que Lisa a pour Daho.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page