Vous êtes ici : Accueil » Album » Anvil

Anvil

Anvil is Anvil

TRASH METAL - On vous en parlait dans les news ! Il est désormais disponible, le dernier ANVIL ! Lords Of Rock a pu jeter une oreille dessus, et ça déchire. Le titre choisi est celui qui rime le mieux avec ce qu’ils font : être eux mêmes. Des légendes dans l’ombre du Speed/Trash Métal, oubliés, réduits à l’état de mythe, puis revenus d’on ne sait où sur le devant de la scène à ravir les Main Stage de nos « festivaux de métaux » favoris. Il se raconte même entre les tentes des plus initiés et érudits de l’histoire du métal que ce serait eux les premiers à avoir utilisé le mot métal dans un titre, participant à cristalliser le style, l’attitude, et le son avec leur tube METAL ON METAL.

anvil-anvilisanvilL’album commence dans une ambiance particulière. Nous sommes sur le pont d’un vieux gréement, perdus au milieu de l’océan, et des voix de pirates crasseux résonnent dans une ode dédicacée au rhum ! Mais non… pas les pirates de Disney. Les Pirates d’ANVIL ! Les vrais crasseux dégueulasses. C’est le thème de ce premier titre DAGGERS AND RUM, qui démarre l’album sur les chapeaux de roues. Gros délire piratesque, mais un titre qui nous réserve la quantité de riffs rapides, de solo arrachés et de batterie destructrice que l’on attend d’un album d’Anvil. Puis vient le tour des morceaux engagés. GUN CONTROL, dont le sujet ne laisse aucun doute, est un pamphlet anti arme à feu qui fait plaisir à entendre, sur des riffs bien pétés. DIE FOR A LIE est à son tour une critique profonde de la religion, et pointe ceux qui sont prêt à mourir au nom de leur dieu. Des paroles qui font échos aux évènements actuels, qui ne passe pas partout puisque certains « puritains » la trouve même insultante. Mais en deux titres, ils ont eu le mérite de questionner la société actuelle, de pointer du doigt des inepties, le tout dans une ambiance métal cathartique assez appréciable. Je salue le message et l’engagement qu’ils souhaite assumer.

RUNAWAY TRAIN, AMBUSHED et ZOMBIE APOCALYPSE reviennent dans une ambiance plus légère, on se prend pas la tête et on jouit du métal comme on l’aime avec des paroles moins contextuelles, voir même un peu vides de sens. Un titre sur une apocalypse causée par les zombies … ben on kiffe tous ce délire en jeu vidéo ou en film, et cette itération musicale en reste marrante. Disons qu’il fallait oser le faire ! Mais bon, depuis que j’ai entendu Ted Nugent faire son titre sur les Barbecue je ne doute plus de rien ! FIRE ON THE HIGHWAY remonte un peu la barre, en mettant en avant le grand talent de ROB REINER, batteur mythique du groupe. Personnellement, je l’ai considéré comme le meilleur batteur existant pendant quelques années. Son jeu super rapide et puissant colle parfaitement au Heavy / Speed Metal qu’Anvil sait déployer. IT’S YOUR MOVE est un autre très bon morceau, ou on retrouve le phrasé habituel de LIPS, le chanteur guitariste du groupe. Un bon cocktail de sons Heavy qui me rappellent un autre grand titre du groupe THIS IS 13. RUN LIKE HELL et FORGET DON’T FORGIVE viennent clore l’aventure, une bonne mouture ! Du Riff comme on aime, du solo ultra speed, un nouveau bassiste qui déploie ce qu’il faut. Des paroles pas toujours égales, entre engagement profond, et sujets traités dans le délire et sans prise de tête. Cet album a toute les qualités pour passer un bon moment, seul avec sa bière, ou entre potes fans de Fer en tout genre. Un vent de fraicheur souffle sur l’œuvre des canadiens d’Anvil, et ça fait du bien !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page