mercredi , 21 février 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Alex Turner

Alex Turner

Submarine

Label: Domino


POP-ROCK Après s’être
occupé de son groupe Arctic Monkeys (dont le prochain album est très attendu),
de The Last Shadow Puppets (un bijou pop), voici qu’Alex Turner arrive avec un
projet solo. 6 titres pour illustrer la
B.O d’un film anglais SUBMARINE, comédie dramatique,
attendrissante et british sur un ado de 15 ans qui ne pense à coucher avec une
fille et réconcilier ses parents (film à voir d‘ailleurs).

 

Et qui mieux qu’Alex Turner pouvait composer ces
chansons ! Il semble, à la première écoute, avoir connu les affres du
personnage principal du film tant il décrit bien son état d’esprit dans chaque
chanson. Bien sûr les paroles ne sont pas les plus beaux textes jamais écrits
(et Turner en écrira sûrement de plus magnifiques à l’avenir ; j‘ai pris le
pari depuis la premier écoute sur MySpace et le célébrissime “I Bet You look Good
on the Dancefloor”) mais il a collé au plus près de l‘histoire.
Cependant Alex Turner a cela de magique qu’il est
capable, par sa voix, ses intonations, son phrasé, ses respirations et cette
musicalité toujours lipide, de nous surprendre à chaque fois.

“Stuck on the Puzzle”, qui fait penser à une chanson
de Lennon à ses débuts, devient entêtante comme Piledriver Waltz qui est sans
aucun doute la plus belle de cet EP et la plus complexe (avec cette phrase
banale « si tu vas essayer de marcher sur l’eau, assure-toi de porter des
chaussures confortables » qui, pourtant, donne un supplément d’âme et
touche au cœur).
“Hiding Tonight” bénéficie de la touche de guitare de
Bill Ryder Jones, ex-The Coral et donne à cette chanson une belle mélancolie. “Glass
in the Park” est un petit bijou qui, justement, donne envie de s’allonger dans
l’herbe et de rêvasser tranquillement avec la voix de Turner dans les oreilles.

“It’s Hard to Get Around the Wind” est une belle
ritournelle (et encore la guitare de Ryder Jones) mais qui n’a rien
d’exceptionnelle mis à part de ce sentiment nostalgique qu‘elle vous laisse.
Reste l’intro (qui reprend la phrase d’introduction
de Stuck on the puzzle) et qui propose un arrangement un peu différent à la
chanson mais qui, honnêtement, n’apporte rien au final.

Son nom marquera l’histoire de la
musique britannique

En définitive, Alex Turner prouve dans ce projet
solo qu’il est doué et offre de belles perspectives pour l’avenir. A son âge,
il touche déjà à pratiquement tout avec un talent certain. Avec encore quelques
bons albums avec Arctic Monkeys, quelques projets solos et des collaborations
ciblées, son nom marquera l’histoire de la musique britannique, à l’instar d’un
Damon Albarn, qui navigue depuis plus de 20 ans et surprend toujours.
SUBMARINE est donc un bel opus, émouvant, touchant
et mélancolique et cela fait du bien !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page